thumbnail Bonjour,

En s’inclinant lourdement à domicile face au Bate Borisov (1-3), Lille s’est tiré une balle dans le pied et se met déjà en grande difficulté.

Avoir comme ambition de lutter avec Valence et le Bayern est une chose, s’en donner les moyens en est une autre. Lille est déjà dos au mur après une seule petite journée de Ligue des Champions. Ce cinglant revers face au Bate Borisov (1-3) risque de laisser  des traces et semble déjà compromettre l’avenir européen du LOSC

Garcia ne comprend pas

Auteur d’un début de saison moyen en L1, on n’imaginait pas une seule seconde que le LOSC allait s’écrouler comme hier soir. Dominés de la tête et des épaules durant toute la première période, les Lillois n’ont jamais vu le jour. Rudi Garcia était affligé après le coup de sifflet final : « Il est temps qu'on arrête de se donner des handicaps ». Avant de terminer avec un : «c’est  trop gros pour être vrai ».

Cette déroute lilloise est dûe à la faillite des hommes de Rudi Garcia, complètement dépassés par la modeste formation Biélorusse : « On a été défaillant dans beaucoup de secteurs de jeu, dans les duels, les replacements, l'animation défensive », constatait l’entraineur du LOSC qui n’est pas prêt de digérer cette déconvenue totale. « Comment exister devant quand on se fait transpercer derrière, quand notre défense est livrée à elle-même comme elle l'a été sur deux-trois occasions en première période? », s’est même interrogé Rudi Garcia. En Ligue des Champions, les erreurs se payent cash, Lille hier en fait les frais, en se faisant balader par le Bate. Ce cruel manque de maturité et d’expérience européenne  vont sûrement peser lourd dans la balance pour la suite de la compétition.

26 tirs, un but

En étant mené de trois buts à la mi temps, le LOSC s’est employé à montrer un autre visage dans le deuxième acte. Les Nordistes ont même réduit le score à la 60 ème par Chedjou. Mais la réussite offensive a fui les Dogues. 26 tirs dont 16 cadrés, un seul petit but, c’est bien trop faible en Ligue des Champions. Complètement hors du coup pendant 45 minutes, les Lillois ont campé dans la moitié de terrain biélorusse en seconde période, mais sans jamais vraiment trouvé de réels solutions. La faute également au portier du Bate, Anrei Gorbunov, qui a réalisé un match plein. Impossible dans de telles circonstances de revenir dans une partie déjà si mal engagée.

Lille n’était certes pas dans un bon soir, mais les chiffres montrent que le Bate Borisov a été supérieur dans de nombreux secteurs de jeu. Notamment dans les duels, les Biélorusses en ont remporté bien plus. Mais la différence en Ligue des Champions se fait devant et les Biélorusses l’ont bien compris. Avec une précision chirurgicale (6 tirs, 5 cadrés), le Bate a converti toutes ses opportunités en première mi temps. Histoire que les Dogues ne s’en relèvent pas.

Si rien n’est joué encore pour la qualification, le LOSC n’a désormais plus le choix. Pour exister en Ligue des Champions, il faudra aller chercher des points contre le Bayern et Valence. Vous avez dit "compliqué"?

Relatifs

From the web