thumbnail Bonjour,

Montpellier accueille Arsenal ce soir pour le compte de la 1e journée des phases de poules de la Ligue des Champions. Abou Diaby s'attend à un match ouvert.

Les Montpelliérains sont mal en point en ce début de saison. Les hommes de René Girard ont préparé cette rencontre avec une lourde défaite sur la pelouse de Reims, samedi, 3-1 (5e journée) marquant ainsi leur troisième défaite. Tout le contraire d'Arsenal qui s'est largement imposé face à Southampton 6-1. Alors, un monde sépare-t-il vraiment ces deux équipes ? On peut le penser, oui. Car le club champion de France en titre découvre la Ligue des Champions avec un effectif certes limité, tandis que le club londonien a l'habitude d'être au rendez-vous chaque année depuis 14 ans.

Un groupe facile ?

Abou Diaby estime lui que cette opposition sera ouverte pour les deux équipes. Il concèce que Arsenal parte avec un avantage conséquent dû à son expérience, mais assure que les Gunners ne souhaitent pas partir gagnant avec d'avoir disputé le match. «Montpellier reste malgré tout une bonne équipe qui joue bien au ballon. Je m'attends à un match où il y aura du jeu. Dans ce groupe
(avec Schalke 04 et l'Olympiakos), on est la seule grosse équipe, mais sur un match, tout est possible. Il ne faudra surtout pas aller à Montpellier avec cette idée en tête.» L'an passé, Arsenal quittait la Ligue des Champions la tête basse après avoir été éliminé au stade des huitièmes de finale, une nouvelle fois, par le Milan AC 4-0. Une frustration que Abou Diaby espère voir disparaître cette saison. Les Gunners n'ont plus remporté aucun titre depuis la Cup en 2005. Le Français espère aller plus loin que le stade des huitièmes cette saison en C1. Un stade que les hommes d'Arsène Wenger n'ont plus atteint depuis 2009 et une demi-finale face à Manchester United. «L'an dernier, la défaite à Milan (0-4) nous est restée en travers de la gorge. Si on n'avait pas pris quatre buts à l'aller, on se serait qualifié facilement. Chaque année, on a nos chances de faire quelque chose, mais ça bloque toujours à un moment donné. Cette saison, on va déjà essayer de faire mieux que l'an dernier.»

Les départs, pas un handicap

Ces dernières années, les départs se sont enchainés à Arsenal entre ceux de Cesc Fabregas et Samir Nasri. Cette saison encore, le club londonien a vu partir un maillon fort de son équipe, Robin Van Persie, parti à Manchester United. Alexandre Song s'en est allé lui aussi, au FC Barcelone, dans les derniers jours du mercato. Wenger ne devait pas s'y attendre, même ses coéquipiers sont encore surpris du départ du milieu Camerounais puisque celui-ci n'a pas été compensé poste pour poste contrairement au nouveau Mancunien. «C'est le foot. Des joueurs arrivent, d'autres partent. C'est fait, on ne pas revenir en arrière. Par le passé, de grands joueurs sont également partis, et on a toujours su faire face. On est prêt, il n'y a pas de problème par rapport à ça.» Rendez-vous ce soir sur la pelouse de la Mosson pour les Gunners.

Relatifs