thumbnail Bonjour,

Aurélien Chedjou a reconnu qu'avec l'arrivée du Grand Stade, c'était "pratiquement un devoir de se qualifier" pour la Ligue des champions.

Le défenseur de Lille Aurélien Chedjou a reconnu qu'avec l'arrivée du Grand Stade, c'était "pratiquement un devoir de se qualifier" pour la Ligue des champions, mercredi, face à Copenhague en barrages retour.

Est-ce que le contexte, avec les rentrées d'argent attendues et les matches au Grand Stade, ne met pas une pression supplémentaire au groupe ?

C'est sûr qu'il y a une petite pression, de ne pas décevoir tous ceux qui sont derrière nous. Je n'imagine pas le Losc dans le nouveau stade la première année sans Champions' League. Pour tous ceux qui ont travaillé, pour les dirigeants, pour nous. C'est pratiquement un devoir de se qualifier.

Qu'est-ce qui vous fait croire d'après ce qui s'est passé dans le vestiaire et sur le terrain depuis le match aller que la qualification est possible ?

On a vu les images du match aller. On a pris conscience qu'on n'a pas montré le vrai visage du Losc. On est des grands garçons. On sait tous qu'on est passé à côté du match. On s'est fait "bouffer", surtout dans la conservation du ballon, ce qui est notre point fort. En deuxième mi-temps, on a montré un meilleur visage et c'est sur ça qu'il faut s'appuyer.

Votre entraîneur, Rudi Garcia, espère que l'équipe sera "plus solide sur le plan défensif que depuis le début de la saison". Vous êtes d'accord avec lui?

Le constat est là. A chaque match on a pris un but. Il faudra qu'on travaille un peu plus de ce côté-là pour que cela n'arrive plus. En général quand on ne prend pas de but, devant on peut marquer à tout moment.

Relatifs

From the web