thumbnail Bonjour,

Mardi soir, l’OM sera en grand danger à Munich contre le Bayern. Les Phocéens ne seront pas à l’abri d’une grosse déroute, comme ils en ont connu quelques unes en C1.

Alors qu’ils abordaient ce quart de finale de la Ligue des Champions contre le Bayern avec de l’ambition, les Marseillais ont presque perdu tout espoir d’atteindre le dernier carré de la compétition en perdant le match aller à domicile sur le score de 2 à 0. En ces circonstances, l’équipe de Didier Deschamps abordera le match retour avec comme principale priorité de limiter la casse. En effet, en terre munichoise, les Phocéens, qui sont actuellement en plein doute, auront beaucoup à craindre, surtout qu’ils auront en face l’une des toutes meilleures attaques du Continent.

Avec beaucoup de chance, l’OM arrivera peut-être à surmonter le retard enregistré lors de la première manche. Le vice-champion de France peut aussi faire le minimum en évitant la défaite et sortir ainsi de la Ligue des Champions par une grande porte. Mais, le pire est aussi à envisager, à savoir une loure défaite. Dans leur histoire européenne, les Marseillais ont déjà connu quelques corrections mémorables, dont ils espèrent donc ne pas raviver le souvenir. Sans vouloir remuer le couteau dans la plaie, la rédaction de Goal.com a tout de même jugé utile de vous rappeler les cinq plus gros accrocs de l’OM dans cette C1.

LES CINQ PLUS LOURDES DEFAITES DE L'OM EN C1
Ajax 4-1 Olympique de Marseille
1971-1972 | 8e de finale match retour

En 1971, l’Olympique de Marseille disputait pour la toute première fois de son histoire la plus belle des compétitions européennes. Une première qui ne s’est pas très bien passée, puisque dès le second tour de l’épreuve, les Phocéens ont pu mesurer l’écart qui les séparait du plus haut niveau. Face à l’Ajax d’Amsterdam, qui était alors tenant du titre, ils ont concédé deux défaites. Au Vélodrome, ils ont perdu 2-1 et au retour, aux Pays-Bas, l’addition fut encore plus lourde (1-4). Dans l’ancienne enceinte d’Amsterdam, les Marseillais, alors emmenés par Skoblar et Magnusson, n’ont absolument pas existé, même s’ils ont eu l’honneur d’ouvrir le score par l’intermédiaire de Couécou. L’Ajax leur a rétorqué à quatre reprises, avec notamment un doublé de l’illustre Johan Cruyff. Cette année là (et aussi celle d’après), l’équipe hollandaise a également finie championne d’Europe.


 
Juventus 3-0 Olympique de Marseille
1972-1973 | 1er tour - Match retour

Une année après sa déroute contre l’Ajax, l’OM retrouvait la Coupe des Clubs Champions avec cette envie légitime de faire mieux. Peine perdue. Tombés sur la Juventus de Turin, les Phocéens ont chuté dès le premier tour, et en toute logique, qui plus est. Après un prometteur succès à l’aller (0-1), Zvunka et ses partenaires se sont complètement écroulés au Stadio Comunale. Surpris dès la 4e minute de jeu par Bettega, ils ont été dans l’incapacité de réagir. Au final, ils en ont pris trois, rentrant ainsi chez eux avec le moral en berne. Cette défaite, le club n’a pas pu l’effacer puisque les deux clubs ne se sont dès lors plus affrontés sur la scène continentale. Et il faudra certainement attendre au moins 2013 pour tabler sur un éventuel remake.


 
Feyenoord 3-0 Olympique de Marseille
1999-2000 | 2e phase des poules - 2e journée

Après des débuts compliqués en Coupe d’Europe, Marseille a peu à peu progressé dans la hiérarchie continentale, jusqu’à atteindre le sommet en 1993. Mais le plus dur a été ensuite la chute. Privé de l’épreuve phare pendant 6 ans, l’OM est réapparu en C1 en 1999. Sous les ordres de Rolland Courbis, l’équipe avait franchi brillemment le premier tour, en battant notamment Man United (0-1). Malheureusement pour elle, la suite a été moins bonne. La seconde phase de poules a débuté par une défaite face à la Lazio (0-2), suivie d’une autre encore plus cinglante contre le Feyenoord (3-0). A Rotterdam, Christophe Dugarry et ses partenaires ont longtemps résisté, mais ont fini par sombrer vers la fin. Réduits à neuf suite aux expulsions de Fischer et de Pérez, ils ont encaissé trois buts dans les 20 dernières minutes, dont deux de l’Argentin, Julio Cruz, futur intériste. Cette déroute fut fatale à Rolland Courbis, qui fut alors débarqué au profit de Bernard Casoni.


 
Lazio 5-1 Olympique de Marseille
1999-2000 | 2e phase des poules - 5e journée

Lors de sa défaite contre le Feyenoord (0-3), l’OM pensait avoir touché le fond en Ligue des Champions en cette édition 1999/2000. Mais, le plus douloureux était alors encore à venir. Trois mois après, à la suite de la trêve hivernale, l’équipe remettait ça en s’inclinant lourdement à Rome contre la Lazio. Dépassée par les événements, la formation phocéenne a pris cinq buts face aux Biancocelesti, dont quatre du seul Simone Inzaghi, qui n’est même pas le meilleur de la fraterie Inzaghi. Le comble de l’affront est survenu à la 82e lorsqu’Alen Boksic, un ancien de la maison marseillaise, a signé le cinquième et dernier but de la partie. Au milieu de ce désastre, les Marseillais ont quand même réussi à sauver l’honneur grâce à un but de Jérome Leroy.


 
Marseille - Liverpool : 0-4
2007-2008 | Phase des poules - 6e journée

Depuis son succès à Munich contre le Milan AC (1-0), l’OM n’a plus eu l’honneur de gouter à un match aller – retour en Ligue des Champions jusqu’à 2011 (contre Man United). En 2007, il était pourtant tout proche d’en finir avec cette période de disette en sortant de sa poule. Pour cela, et après avoir gagné ses deux premiers matches, l’équipe, coachée alors par Eric Gerets, n’avait besoin que d’un nul lors de son ultime sortie face à Liverpool. C’était finalement trop lui demander. Face aux Reds, Marseille a failli dans tous les domaines, subissant un naufrage dans des proportions ahurissantes (0-4). Le cauchemar a même débuté dès l’entame du match avec deux buts pris au bout de 11 minutes de jeu. Ce soir là, l’OM a appris qu’il n’était pas encore prêt pour redécouvrir le Top 16 européen. Il s’agit, et jusqu’à aujourd’hui encore, de la plus lourde défaite du club à domicile en Coupe d’Europe.


A lire aussi :


Tout sur la Ligue des Champions

Relatifs

From the web