thumbnail Bonjour,
Direct

Championnat Européen

  • 8 juin 2012
  • • 20:45
  • • Stadion Miejski, Wrocław
  • Arbitre: H. Webb
  • • Spectateurs: 40803
4
FIN
1

Euro 2012 - La Russie démarre fort

Euro 2012 - La Russie démarre fort

Getty Images

Grâce à une première demi-heure de jeu de très haut niveau et une fin de match de folie, la Russie a dominé la République Tchèque (4-1) lors du 2e match du Groupe A de l'Euro.

Euro 2012 – Groupe A
Rep. Tchèque – Russie : 4-1
Buts : Dzagoev (15e, 79e), Shirokov (24e), Pavlyuchenko (82e); Pilar (51e)

Désignée comme l’un des outsiders de l’Euro, la Russie ne s’est pas privée ce vendredi pour faire honneur à son rang. Pour son premier match, la sélection de Dick Advocaat a donné une vraie leçon de football à son homologue tchèque. Emmenée par un Andriy Arshavine des grands jours, elle a fait le plus dur dans cette partie dès la demi-heure du jeu avec des réalisations signées Dzagoev et Shirokov, avant que Dzagoev, encore lui, et Pavlyuchenko ne finissent le travail. Les Tchèques ont, certes, réagi entre-temps, mais sans parvenir à recoller à la marque. Avec cette défaite, ils sont mal partis en vue d’une qualification pour les quarts, contrairement aux Russes, qui ont montré qu’ils avaient les atouts pour miser sur un parcours aussi bon que lors de la précédente édition de l’Euro (demi-finaliste en 2008).

La Russie, vite fait, bien fait

Un quart d’heure. C’est le temps qui a suffi aux Rouges pour prendre les devants à la marque. Les offensives à répétition amorcées dès le coup d’envoi ont porté ses fruits lorsque le talentueux Dzagoev eut l’opportunisme de reprendre d’une belle volée un ballon repoussé par le poteau suite à une tête d’Alexandre Kerzhakov. Décisif sur le coup, ce dernier aurait pu l’être lors de la minute précédente s’il était parvenu à cadrer sa reprise croisée. Un raté, qu’il n’a donc pas eu à regretter trop longtemps. D’autant plus que quelques instants après Shirokov signait le but de break. Complètement oublié par l’arrière-garde tchèque, le milieu de terrain de Zenith St-Petersbourg eut tout le temps qu’il voulait pour ajuster sa tentative à la suite d’une superbe ouverture d’Andriy Arshavine. Petr Cech se faisait alors battre pour la deuxième fois.

Après avoir pris l’eau de toute part, la sélection de Bilek ne pouvait que réagir. C’est ce qu’elle a fait, mais dans des proportions moins importantes que prévues. Avec un Milan Baros très loin de sa meilleure forme et un milieu de terrain en manque de mobilité, les Tchèques ont poussé sans conviction jusqu’à la pause. Et il a fallu que leur coach les recadre dans les vestiaires pour qu’ils arrivent enfin à franchir le dernier rideau adverse. Une passe lumineuse du Bordelais Jaroslav Plasil fut profitable à Vaclav Pilar, qui fut preuve d’un grand sang-froid au moment où il s’est retrouvé seul face à Malafeev. Après l’avoir crocheté, il envoya le ballon dans les filets en dépit d’un angle de tir quasi fermé. Une réduction du score méritée et qui a redonné un vrai intérêt à cette partie que l’on croyait scellée.

A 2-1, la Tchéquie a repris confiance en ses capacités et cela s’est vérifié dans son jeu devenu subitement plus fluide. Toutefois, en retrouvant l’audace, elle a un perdu de sa concentration et derrière. Ainsi, en attaquant à tout-va dans l’espoir de rétablir la parité, la bande à Bilek s’est exposée à des contres. La Russie a d'abord peiné pour en profiter, à l’instar de Kerzhakov qui rata à deux reprises la balle de 3-1 (64e et 70e), en croisant trop ses tirs. L’ancien Sévillan aurait pu se ressasser longtemps ces échecs, mais son coéquipier Dzagoev les a effacé à 10 minutes de la fin. Sur une offrande de Pavlyuchenko, il s'offrait un doublé en fusillant Cech à l'entrée de la surface. A 3-1, la messe était dite et elle le fut à plus forte raison à la 81e, lorsque Pavlyuchenko se muait en buteur à son tour. Pour les Tchèques, qui avaient beaucoup d'efforts pour rétablir la parité, ce fut le coup de semonce dont ils ne pouvaient se remettre. Après avoir quelque peu tremblé, la Russie a donc fini par terrasser son adversaire du jour, sortant ainsi comme la grande gagnante de la première journée du Groupe A de l’Euro.

A lire aussi :

Résultats et classement de l’Euro 2012

Relatifs

From the web