thumbnail Bonjour,
Direct

Ligue des champions UEFA

  • 18 septembre 2012
  • • 20:45
  • • Estadio Santiago Bernabéu, Madrid
  • Arbitre: D. Skomina
  • • Spectateurs: 70381
3
FIN
2

LdC - Le sursaut d’orgueil du Real

LdC - Le sursaut d’orgueil du Real

Getty

Au terme d’une fin de match spectaculaire, Le Real Madrid a fini par venir à bout de City 3-2 après avoir était mené deux fois au score. Madrid se réveille enfin.

Ligue des Champions - Groupe D :

Real Madrid - Manchester City : 3-2
Buts : Marcelo (76ème), Benzema (87ème), Ronaldo (90ème), Dzeko (69ème), Kolarov (85ème)

Un match épique ! Voila ce qu’il fallait au Real de Madrid pour lancer sa saison. La Champions League est le meilleur remède contre la gueule de bois et les coéquipiers de Ronaldo  l’ont prouvé une fois de plus ce soir. Avec un match pareil et une fin de rencontre aussi folle, la saison du Real devrait être bien lancée à présent.

Le Real démarre très fort

Après leur début de match calamiteux face au FC Séville, les Madrilènes ont ce soir imposé leur rythme d’entrée. Clairement au dessus dès le coup d’envoi, les joueurs de José Mourinho ont pris les choses en main très vite. Acculé dans leur camp, pressé par des Madrilènes inépuisables, City a complètement bu la tasse pendant les 45 premières minutes. Avec un trident Khedira, Essien et Xabi Alonso au milieu, les joueurs de la maison Blanche ont tout maitrisé dans l’entrejeu. En défense, Varane a fait un match de titan, il n'a jamais été inquiété, ni par Tevez, ni par personne d’ailleurs. Face aux débordements à répétitions de Ronaldo, Di Maria et Marcelo, les Citizens ont du leur salut qu’aux multiples parades d’un Joe Hart impériale. Manchester City n’a rien montré dans le premier acte, incapable de se dégager correctement, ils n’ont même pas réussi à se créer une occasion. Au contraire d’un Real qui a multiplié les tirs, par l’intermédiaire de Di Maria (21ème) et Ronaldo (2, 3,9ème). Les joueurs de la capitale espagnole auraient pu rentrer aux vestiaires avec l’avantage au tableau d’affichage mais la maladresse d’Higuain  (notamment) a encore frappé ce soir.

City frappe, le Real réagit

Le début de la seconde période est quasi identique, les Madrilènes continuent de pousser mais ont plus de mal à entrer dans la surface adverse. Alors ils tentent leur chance de loin, à coté, au dessus, dans les bras de Hart, une pluie de frappe lointaine s’abat sur le portier anglais. Les minutes sont longues pour les Citizens mais petit à petit les joueurs de Roberto Mancini vont commencer à mieux  défendre. Alors qu’il était constamment mis dans le vent par CR7 en première mi temps, Kompany a retrouvé de la solidité au cours du match. Mener, avoir la possession du ballon ne suffit pas pour gagner une rencontre, Le Real a failli en faire l’amère expérience. Sur la première véritable occasion des Anglais, Yaya Touré part en contre attaque, transmet à Dzeko, seul, qui vient battre Casillas en face à face. A 1-0 à la 69 ème minute on se dit que Madrid est mal engagé, City réalise le hold-up parfait. Alors que José Mourinho parlait de manque de caractère face à Séville, ses joueurs ont vite et bien réagi. Décalé sur la gauche, Marcelo envoyait une belle frappe du droit légèrement contré par un joueur de City au fon des filets (76ème). Le Real se remettait dans la partie mais était bien loin d’imaginer la suite du scenario.

Une fin de match incroyable

Remis dans le droit chemin par cette égalisation de son latéral gauche, le Real s’est mis à pousser pour marquer une nouvelle fois. Mais après une faute de Benzema sur Zabaleta, Kolarov envoyait un coup franc pourtant anodin dans le petit filet de Casillas sans que personne ne touche ce centre tir enroulée. Un nouveau coup dur pour les Madrilènes. Indirectement coupable sur le but précédent, Karim Benzema allait se racheter 2 minutes plus tard. Servi dos au but, l’attaquant des Bleus fit volte face  et enchaina avec une frappe mi hauteur imparable. 2-2 à la 87ème, le Real s’en sortait bien, le Real revenait de loin. Mais comme un symbole c’est Cristiano Ronaldo qui allait délivrer tout le stade Bernabeu d’une frappe aussi rapide que soudaine. Rentré coté gauche, le Portugais a envoyé un tir surpuissant du droit, compétemment hors d’atteinte de Hart. Et cette fois Ronaldo a célébré son but comme il se doit…





Toute l'actualité de la Ligue des Champions

Relatifs

From the web