thumbnail Bonjour,
Direct

Coupe du Roi

  • 30 janvier 2013
  • • 21:00
  • • Estadio Santiago Bernabéu, Madrid
  • Arbitre: Carlos Clos Gomez
  • • Spectateurs: 80000
1
FIN
1

Coupe du Roi - Une option pour le Barça

Coupe du Roi - Une option pour le Barça

Getty Images

Le FC Barcelone a pris une option sur la qualification en finale de la Coupe du Roi en allant chercher le nul (1-1) à Santiago Bernabeu.

½ finale aller de la Coupe du Roi
Real Madrid – FC Barcelone : 1-1
Buts : R.Varane (81e) - F.Fabregas (50e )

Ce match était primordial pour le Real Madrid. Distancé en Liga, cette Coupe du Roi constitue en effet l’un des espoirs de titre du club merengue cette saison et cette demi-finale était aussi l’occasion pour un Real (très) amoindri de démontrer que le récent regain de performances observé en Liga n’est pas juste épisodique. Quoi de mieux que la réception du parangon, du mètre-étalon du football mondial pour savoir où l’on se situe ?

Appelez-le « Monsieur Propre »

En l’absence de Pepe et Sergio Ramos (entre-autres), Raphaël Varane avait une occasion rare de montrer ses qualités. Et le Français l’a fait. Il a montré TOUTES ses qualités. Ses interventions propres et pleines d’à propos sur les techniciens du Barça, son sauvetage sur la ligne suite à la boulette du pourtant très (trop ?) expérimenté Carvalho, et son but de la tête sur un coup franc d’Ozil qui permet au Real de continuer à rêver. Zinedine Zidane peut être fier de son poulain. Le principal instigateur de la venue de l’ancien lensois a eu le nez creux, c’est le moins que l’on puisse dire.

Mais ce match ne se résume pas à la bonne performance de Varane, ni d’ailleurs, à la prestaton quelconque de Messi. Le Real a dominé malgré ses absents et Ronaldo a mis très tôt Pinto à contribution sur coup franc. Les coups franc, Xavi connait. Il a enroulé le sien et a trouvé la barre de Lopez à la 21e minute. Malgré plusieurs opportunités des deux cotés, les deux formations rentrent au vestiaire bredouilles. Mais 5 minutes après la pause, et suite à une très mauvaise relance de Callejon, le Barça récupère le ballon aux 30 mètres par Messi qui lance Fabregas dans la surface. Couvert par Callejon, le Catalan ajuste Diego Lopez de près. Action d’école, hiérarchie respectée entre le leader et le 3e du classement à 15 points d’écart a fortiori amoindri par les absences… Mais les matchs de Coupe ont leur propre logique et les Clasico se jouent dans leur propre dimension.



La fête du football

A l’heure de jeu, Ronaldo rate de la tête une énorme opportunité sur un très bon centre enroulé d’Essien, Piqué s’interpose devant le Portugais 5 minutes plus tard sur le service d’un excellent Ozil. Le Real prend des risques et joue le tout pour le tout. Pedro manque de punir les Merengue mais le ballon rase le poteau opposé. Les actions fusent, le real joue à une touche de balle et le Barça n’hésite pas à jouer du contre. Les sauvetages se succèdent et le match est vivant. Le football est vivant. A faire pâlir une Playstation 3.

Et c’est ça le Clasico. On pérore sur les ramifications politiques de la rencontre, la rivalité, les révélations épicées des Sara Carbonara qui veut faire monter sa sauce, mais même si les temps sont durs au Real, même si les tensions durent entre les jouers et le staff, le Clasico reste une valeur sûre. Un festival. Une fête. La fête du football. Et on a bien envie d'être réinvités.

Suivez Hocine Harzoune sur

A lire aussi :

Tout sur la Coupe du Roi



Relatifs

From the web