thumbnail Bonjour,
Direct

Liga BBVA

  • 2 mars 2013
  • • 16:00
  • • Estadio Santiago Bernabéu, Madrid
  • Arbitre: Miguel Pérez Lasa
  • • Spectateurs: 83500
2
FIN
1

ESP - Le Real connait la recette

ESP - Le Real connait la recette

Getty Images

Après avoir battu le Barça en Coupe du Roi, le Real a remis ça en championnat (2-1) grâce à Ramos et Benzema. Madrid est prêt pour la Ligue des champions. Le Barça ne se relève pas

Liga - 26e journée

Real Madrid  - FC Barcelone : 2-1
Buts : Benzema 6e, Ramos 82e - Messi 18e


Le match démarre fort. Les deux équipes ont envie. Et c'est le Real qui verse le premier sang malgré l'absence de Ronaldo, qui a débuté sur le banc. Ramos lance Morata sur l'aile gauce qui centre en première intention devant le but et trouve Benzema. Ce dernier prolonge dans la cage laissée vide. Ouverture du score précoce d'un Benzema aussi rapide sur les routes que devant les cages. L'ancien lyonnais a marqué plus de buts que n'importe quel autre Français lors des Clasicos depuis 98/99 (3 pour Thierry Henry).

Un partizado

Les Barcelonais font bien tourner le ballon et vont de l'avant, mais les 30 derniers mètres leurs sont problématiques. En défense, Mascherano aligné en remplacement de Carles Puyol n’a pas rassuré Jordi Roura. Treizième match de rang où le Barça aura encaissé un but. En attaque, une image singulière : Messi balle au pied qui n'a pas de solutions face à deux rideaux merengues composés de cinq joueurs chacun.

Le jeune canterano Morata réalise une très belle entame de match,  auteur d'une passe décisive (sa première en Liga) et de deux belles récupérations. Le Real forme aussi des joueurs. Et celui-ci aura gagné le plus de duels que n’importe quel autre merengue ce soir (81.8%).  Messi égalisera à la 18e minute faisant taire les quolibets et les faux avis de recherche le raillant cette semaine sur la toile. Sur un service trois étoiles d'Alves, Messi se remet sur son pied gauche et frappe à ras-de-terre pour le 1-1 ! La Pulga est désormais au niveau de Di Stefano avec 18 buts inscrits en Clasico. Mais tout n’est pas beau, tout n’est pas rose dans le Clasico. Jordi Alba profite de la célébration catalane pour sortir un geste obscène en direction du public de Bernabeu.

Le Real ne lâche rien

Sur le terrain, le Barça domine toujours. A la demi-heure de jeu, Villa sert Messi à l'entrée de la surface. L'Argentin profite d'une erreur d'appréciation de Ramos pour tirer mais le gardien madrilène se saisit du cuir. Quelques instant plus tard, le Real, qui défend bien, rétorque. Modric renverse vers Morata au second poteau. Libre de tout marquage, l'ailier place une tête puissante qui termine à quelques centimètres à coté.

Les Canteranos brillent coté Real mais l’inversion des rôles ne s’arrête pas là, car ce sont les Catalans qui font faute sur Pepe. Aligné au centre du pré, les percées du Portugais font mal aux lignes des Barcelonais qui n’hésitent pas à le retenir de manière peu licite ce qui a généré plusieurs cartons jaunes. Le monde à l’envers.  A un quart d’heure de la fin, le Real semble mieux et profite des espaces adverses. Mis en orbite par Pepe dans le dos de la défense, Morata se présente devant Valdés. L'ailier se précipite et tire trop centré sur le portier catalan ! Mais Madrid ne lâche rien et fini par l’emporter sur un superbe coup de crâne de Ramos sur un corner de Modric. Piqué est devancé et le Real mène. Le Real gagne. Il aurait pu l'emporter plus largement car en toute fin de rencontre, le coup franc de Ronaldo heurtera l'équerre de Valdes, lequel travsersera tout le terrain pour insulter l'arbitre et se faie expulser. On retiendra la victoire merengue, cet énorme boost de confiance, la tactique efficace de Mourinho, l’innocuité offensive catalane et aussi, le partizado d’un canterano : Alvaro Morata.



Toute l'actualité de la Liga

Relatifs