thumbnail Bonjour,
Direct

Ligue 1

  • 24 novembre 2012
  • • 17:00
  • • Parc des Princes, Paris
  • Arbitre: B. Varela
  • • Spectateurs: 39588
4
FIN
0

Ligue 1 - Le PSG renoue avec la victoire

Ligue 1 - Le PSG renoue avec la victoire

Gettyimages

Après trois matches sans succès, le PSG s’est redressé en Ligue 1 ce samedi. Au Parc, et sans vraiment séduire, les Franciliens se sont défaits aisément de Troyes (4-0).

14e journée de Ligue 1 :
Paris SG – ES Troyes AC : 4-0
Buts : Maxwell (17e), Matuidi (63e), Ibrahimovic (70e, 89e)

Que les supporters parisiens se rassurent ; la crise de novembre n’aura pas fait long feu cette année. Après trois matches sans victoire en championnat, le PSG porté par sa qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, a renoué ce samedi avec ses bonnes habitudes sur la scène domestique. Le club de la capitale a profité de la réception de Troyes, avant-dernier au classement, pour se refaire une belle santé. Face aux Aubois, ils n’ont pas été parfaits, loin de là, et spécialement en première période, mais ils ont su cueillir une large réconfortante victoire. Un succès qui porte une nouvelle fois l’empreinte de Zlatan Ibrahimovic. De retour de suspension, le Suédois était déchainé, avec à son actif deux buts marqués et une passe décisive délivrée.

Ibra dans tous les bons coups

Carlo Ancelotti aura certainement encore des trucs à corriger au sortir de cette rencontre. Mais, le technicien italien peut quand même être soulagé par rapport à ce que ses hommes ont montré. Après la victoire à Kiev (2-0), il avait demandé à ce que son équipe affiche la même attitude en Ligue 1 et son message a été parfaitement reçu. A défaut de dominer totalement son sujet et écraser son adversaire, Paris s’est montré irréprochable dans la gestion de la partie. Sans forcer, mais aussi sans paniquer, l’équipe francilienne s’est d’abord contentée de peu au niveau de son avance, avant de passer à la vitesse supérieure. Une transfiguration, appréciée par les fidèles du Parc, survenue après que les Troyens aient commencé à croire en une égalisation. N’ayant pas les armes pour aller au bout de leurs idées, les visiteurs ont été cruellement punis.

La bande à Furlan a gagné en ambition au retour des vestiaires au bout de 45 minutes de jeu où elle a su faire plus que jeu égal avec son hôte. Le but de Maxwell inscrit à la 17e minute, suite à un bon travail d’Ibrahimovic, ne l’a en rien découragée. La preuve : sans la mansuétude de Mr Varela, qui n’a pas daigné siffler pénalty après une faute de Verratti sur Bahebeck (41e) dans la surface, il y aurait eu sûrement égalité à la mi-temps. En lançant un joueur offensif supplémentaire (Marcos), le coach troyen a donc cru pouvoir forcer la décision, mais c’était donc mal mesurer la capacité du PSG à faire mal sur ses rares opportunités aux avant-postes. « Ils étaient très forts en contre, et pourtant, on le savait, avant le match » a déploré le défenseur Mounir Obbadi. Après s’être opposé à se tentative en début de match (9e), Yohann Thuram a encaissé un but de Blaise Matuidi (63e). L’ex Stéphanois faisait mouche d’une très belle frappe croisée du gauche, consécutivement à une bonne passe d’Ibrahimovic.

A 2-0, et bien qu’il restait encore une demi-heure à jouer, le sort du match ne faisait plus aucun doute. Il restait juste à connaitre le tarif qu’allait appliquer le PSG. Débarrassés de la pression qui les gênaient auparavant, les locaux ont ajouté deux nouveaux buts. Deux buts inscrits par…Ibra. Alors qu’il était apparu agacé et agaçant durant le premier acte du match, le Scandinave a su trouver la lucidité pour transformer les tentatives qu’il a eues à exploiter. Si sa deuxième réalisation (89e), à la réception d’un beau centre de Lavezzi n’avait rien de « Zlatanesque », la première, réussie à la 70e, correspondait parfaitement à son style. Sur une ouverture de Matuidi, la star suédoise décochait une frappe du gauche à plus de 100km/h. Un petit chef d’œuvre, et il lui en fallait bien un pour le 200e but de sa carrière en championnat (tous pays confondus). Alors, oui, la question de sa dépendance va encore ressurgir du côté du Camp des Loges, mais Ancelotti et ses protégés ne vont certainement pas se plaindre d’avoir récupéré leur attaquant vedette.

Résultats et classement de la Ligue 1

Relatifs

From the web