PSG-Montpellier - Diesel, défense incertaine et première pour Cavani : les 6 choses à retenir de la victoire du PSG face à Montpellier
D'abord brouillons, les Parisiens sont montés en régime pour s'imposer facilement (2-0) et prendre provisoirement la place de leader à Monaco.

L'ambiance du Parc des Princes, dont les tribunes étaient colorées de nombreux sièges rouges, bleu mais vides, n'était pas celle d'une course au titre haletante. Pourtant, le Paris Saint-Germain avait bel et bien l'occasion de reprendre les rênes du championnat devant Monaco. Son début de match, emprunté et trop peu dynamique, n'était pas non plus celui d'une équipe au coude à coude avec son rival. Et pour cause, malgré une domination territoriale très claire, c'est Montpellier qui s'est créé les deux premières grosses occasions de la première période. Par l'intermédiaire de Mounié, d'abord, trop imprécis devant les buts de Trapp (13e) puis par Sessegnon dont la frappe déviée a fini sa course en corner (17e). Malgré une apathie dans les mouvements collectifs, les Parisiens s'en sont remis à leur buteur providentiel, Edinson Cavani, pour ouvrir le score sur une passe décisive de Blaise Matuidi (1-0, 30e)

Le film de la rencontre

Au retour des vestiaires, les Parisiens se sont rapidement mis à l'abri suite à une perte de balle de Skhiri au profit de Cavani, intelligent et fin sur sa talonnade pour mettre Di Maria sur orbite. Dans le sens du jeu et sur son pied gauche, l'Argentin a enroulé une belle frappe pour inscrire son 6e but de la saison en Ligue 1 et faire le break (2-0, 48e). La suite de la rencontre s'est déroulée à sens unique. Les quelques tours de magie de Javier Pastore et les nombreuses situations de frappe de Cavani ou Di Maria auraient pu aggraver le score d'un match pas toujours maîtrisé mais une nouvelle fois bien négocié par un PSG monté en puissance.

Ce que vous n’avez peut-être pas vu : la défense parisienne n'a pas (r)assuré

À la mi-temps de la rencontre, la feuille de statistiques montrait à quel point Paris n'était pas vraiment dans son meilleur jour. Monptellier, qui souffrait d'une possession de balle à 70% parisienne, avait tenté plus de dribbles (14 contre 5), plus de centres (3 contre 2) et avait tiré au but 9 fois. Dans les derniers mètres, la charnière centrale composée du capitaine Thiago Silva et de Presnel Kimpembe n'avait pas vraiment donné toutes les garanties de fiabilité.

Par trois fois, les hommes d'Unai Emery ont été dépassés pour donner d'énormes occasions finalement mal négociées par les Montpelliérains. La barre transversale, trouvée par Skhiri (31e) et la frappe complètement manquée de Mbenza (43e), avaient une nouvelle fois rappeler à l'odre les défenseurs parisiens, trop confortables. En seconde période, la ligne défensive parisienne a encore offert quelques scènes déconcertantes, comme le dégagement de Kévin Trapp dans le dos d'Edinson Cavani ou la passivité du duo Maxwell Kimpembe sur une percée de Boudebouz. Globalement plus en place et moins inquiétée lors du deuxième acte, la défense parisienne devra retrouver sa sérénité habituelle face à Monaco mercredi prochain, lors des demi-finales de la Coupe de France.

Un homme dans le match : Blaise Matuidi, encore décisif 

Comme à Metz quelques jours plus tôt, Blaise Matuidi s'est de nouveau montré décisif. S'il n'a pas marqué, l'international français a été l'un des rares à créer du mouvement, à proposer des options de jeu à Pastore et Verratti. Lancé à toute vitesse dans un contre mené par Di Maria, le milieu parisien a adressé un superbe centre à ras de terre pour Cavani et l'ouverture du score (30e). C'est aussi lui, bien placé à la perte du ballon, qui a récupéré avant de transmettre à Cavani pour le deuxième but parisien de Di Maria. 

Blaise Matuidi

Et si Monaco avait la pression ?

Pour la première fois en 2017, le Paris Saint-Germain se retrouve provisoirement devant l'AS Monaco au classement de Ligue 1. Excepté lors de la première journée où le champion avait ouvert le bal, il ne s'était d'ailleurs jamais retrouvé leader. Voir Paris récupérer le fauteuil qu'il occupe depuis quatre saisons peut-il faire douter les Monégasques ? Face à Lyon, dimanche soir, les hommes de Leonardo Jardim, qui comptent tout de même deux matches en moins, donneront un élément de réponse.

La statistique à retenir : 27

Edinson Cavani n'avait jamais marqué contre Montpellier. Avec son 31ème but de la saison, le Matador a donc rectifié le tir et a désormais marqué contre les 27 équipes auxquelles il a fait face en Ligue 1. 

Le plus : le Parc rend hommage au policier décédé dans l'attaque des Champs Élysées

Deux policiers ont donné le coup d'envoi de la rencontre en hommage à leur collègue décédé jeudi dernier sur les Champs Élysées. Le Parc des Princes a observé une minute d'applaudissements qui se sont accentués lorsque les deux hommes ont quitté le terrain. 

Policiers

Le top 5 : 

Top 5 PSG MHSC

Julien Quelen, au Parc des Princes

Commentaires ()