thumbnail Bonjour,
Direct

Ligue des champions UEFA

  • 6 novembre 2012
  • • 20:45
  • • Stadio Georgios Karaiskáki, Pireás (Piraeus)
  • Arbitre: M. Strahonja
  • • Spectateurs: 28217
3
FIN
1

LdC - Montpellier s'incline une nouvelle fois

LdC - Montpellier s'incline une nouvelle fois

Getty images

Les Montpellier n'auront pas réussi à relever le défi grecs en s'inclinant 3-1 face à des grecs dominateurs. L'objectif de qualification ne semble désormais qu'un lointain souvenir

Ligue des champions - 4e journée
Olympiakos - MHSC : 3-1
Buts : Machado (3e), Greco (80e), Mitroglou (82e) - Belhanda (67e, sp)

«Une rencontre décisive pour notre avenir européen» C’est René Girard qui résume au mieux ce match, de manière succincte et concise. L’entraîneur de Montpellier, de retour sur le banc après avoir purgé son match de suspension suite à son doigt d’honneur face à Schalke, aligne Camara seul à la pointe de l’attaque. L’objectif est clair, gagner suite à la défaite à domicile contre les Grecs. Bon dernier de son groupe avec un petit point, les champions de France sont contrait à la victoire s’ils ne veulent pas voir leur chance d’être éliminé augmenter exponentiellement.

Cueilli à froid

Et les chances d’être éliminé augmentent dès la troisième minute. Après avoir tenu la balle depuis le début de match, l’ancien romain Greco s’insère dans la surface montpelliéraine, centre en force pour Mitroglou qui reprend en première intention. Poteau, mais le ballon revient sur Machado qui se fait un plaisir de marquer dans le but vide. 1-0, déjà. Le reste de la mi-temps sera bien triste. Un Montpellier version « je veux mais ne peux pas » tentera sans réussite de tromper Carroll.

Non, le gardien irlandais n’aura été inquiété que par des corners sans danger et des frappes sans conviction. Comble du ridicule, Camara, complétement seul à la pointe de l’attaque, tentera de gagner un coup-franc aux trente mètres, pour faire monter son équipe, comme un grand mais récoltera un carton jaune pour une simulation grossière. Il manquera le match face à Arsenal, qui devient déjà anecdotique vu le score à la pause.

Au retour des vestiaires, Charbonnier remplace Cabella, un choix clairement offensif de la part de René Girard qui croit encore à la qualification. Mais le match reprend sur le même rythme, imposé par les Grecs. Un rythme lent qui a le don d'endormir des champions de France déjà bien apathique. La défense est brouillon, l'attaque perdue, bref, rien ne va dans cette équipe qui a fait match nul face à Troyes en championnat. A l'heure de jeu, Camara se bat dans la surface comme un charognard sur une chandelle qui semblait perdue, Siovas le ceinture, l'accroche, l'embrasse, et au final, l'arbitre indique le point de penalty. Belhanda le transforme sans problème, l'espoir revit. Mais les grecs élevent leur niveau de jeu dès le but encaissé. En effet, L'Olympiakos étouffe Montpellier, et il faut un grand Jourdren pour détourner la mine d'Abdoun en corner.

Le match sera plié en une minute par les grecs. Suite à une nouvelle belle combinaison entre Mitroglou et Abdoun, les rouges et blancs obtiennent un corner que Greco poussera au fond des filets, après que Yanga-Mbiwa ait dégagé en plein centre. Une minute plus tard, Holebas adresse une superbe centre à Mitroglou qui cette fois-ci trompe Jourdren, après maintes tentatives. 3-1, il n'y a plus rien à faire, Montpellier sort défait de cette nouvelle confrontation.

Résultats et classement

Relatifs

From the web