thumbnail Bonjour,
Direct

Ligue 1

  • 12 février 2012
  • • 17:00
  • • Stade Municipal du Ray, Nice
  • Arbitre: B. Varela
  • • Spectateurs: 12332
0
FIN
0

Ligue 1 - Paris s'essouffle

Ligue 1 - Paris s'essouffle

Getty

Si le PSG reprend sa place de leader devant le MHSC, il ne compte qu'un point d'avance après son nul à Nice (0-0). Ils n'ont pas su trouver les arguments pour faire tomber l'OGCN.

23e journée de Ligue 1 :
Nice - Paris SG : 0-0


Le PSG a intérêt à se méfier. Car ses adversaires vont éplucher sa rencontre face à Nice pour s'en servir prochainement. Montpellier en tête. Des équipes qui l'ont gêné, le club de la capitale en a rencontré depuis le début de la saison. Certaines l'ont même battu. Mais rarement l'équipe francilienne a eu autant de mal à développer son jeu et à se montrer dangereux qu'au Stade du Ray. Pour preuve, les Parisiens n'ont cadré que 3 de leurs 12 tirs de la partie. Et il a fallu attendre les 20 dernières minutes pour les voir être vraiment plus dangereux (juste après l'heure de jeu, ils n'avaient cadré aucun tir !).

Nice cadenasse tout

La faute à une équipe niçoise qui n'a pas baissé de rythme du début à la fin de la partie. 90 minutes durant ou presque, les Aiglons ont été impeccables en défense et leur repli a toujours été irréprochables. Certes, les joueurs du PSG ont parfois tergiversé et n'ont pas fait les bons choix, ce qui a facilité la tâche des Azuréens. Malgré tout, l'OGCN n'a laissé que très peu de place aux Parisiens. Ces derniers ont, comme souvent, tenté d'imprimer du rythme et de la vitesse, notamment par l'intermédiaire de Ménez. Mais ils ont toujours trouvé un pied, une tête... bref un Niçois devant eux.

Très actifs dans les duels et agressifs sur le ballon, les hommes de René Marsiglia ont suivi à la lettre leur tactique : ne pas laisser le moindre centimètre carré à leurs adversaires. Attention toutefois. Nice ne s'est pas borné à défendre et à attendre ses adversaires. Il l'a aussi fait trembler. Sirigu a ainsi dû intervenir dès la 13e minute sur une frappe de Mounier (13e). Le portier parisien a aussi et surtout vu beaucoup de gens dans sa surface, les Niçois multipliant les corners. Le nul à la mi-temps n'était pas étonnant donc, même si le PSG pouvait presque s'estimer heureux de ne pas avoir concédé de but, lui dont la plus grosse occasion était une frappe de Gameiro après une talonnade de Nenê (39e).

Le réveil parisien trop tardif

A la pause, les murs des vestiaires parisiens ont certainement tremblé, mais cela n'a pas suffit pour que la physionomie de la rencontre change radicalement. Les Parisiens étaient volontaires, mais n'arrivaient vraiment pas à faire la différence et à se présenter dans d'assez bonnes conditions pour faire basculer la rencontre. Heureusement pour eux, leur défense a, comme celle de Nice, toujours été impeccable et vigilante, à défaut d'être bien en place. Malgré tout, il a fallu attendre les 20 dernières minutes pour que le PSG prenne un peu plus les choses en main et que Nice recule.

Mais ni Hoarau (77e), ni Ménez (79e), ni Jallet (81e) n'ont réussi à faire tomber la défense niçoise. Quand ce n'est pas Nenê qui a fait le mauvais choix en tergiversant alors qu'il était seul sur la gauche d'Ospina (88e). Finalement le nul est mérité pour les deux formations et n'arrangent pas grand monde. Les Aiglons restent dans la zone rouge et Paris est toujours premier, mais avec un seul point d'avance sur Montpellier. La pression sera d'autant plus grande sur ses épaules la semaine prochaine. D'autant plus que l'impression laissée par les deux formations ce week-end n'a pas été la même...

Résultats et classement de la Ligue 1

Relatifs