thumbnail Bonjour,
Direct

Ligue 1

  • 25 août 2013
  • • 21:00
  • • Stade de la Beaujoire - Louis Fonteneau, Nantes
  • Arbitre: F. Fautrel
  • • Spectateurs: 35867
1
FIN
2

Ezequiel Lavezzi a délivré le PSG.

Ligue 1 - Paris dans la douleur

Ezequiel Lavezzi a délivré le PSG.

Gettyimages

Le PSG a souffert pour décrocher son premier succès de la saison à Nantes (1-2). Les hommes de Laurent Blanc assurent l'essentiel, malgré une prestation mitigée.

3e journée de Ligue 1 :
Nantes – Paris SG : 1-2
Buts :  Alex (csc, 52e) - Cavani (24e), Lavezzi (73e)

Avant ce Nantes-PSG, retour d’un grand classique de Ligue 1, la photographie du début de saison parisien était identique à celle de la saison dernière. Mais contrairement à sa dernière campagne, le Paris Saint-Germain n’a pas attendu la quatrième journée pour signer son premier succès. Les champions de France restent perfectible, mais l'essentiel est acquis face à un promu nantais valeureux qui n’aura pas démérité. La machine est lancée.

Sirigu impérial

Il n’a même pas fallu attendre le coup d’envoi pour assister à la première surprise de cette rencontre. La feuille de match a en effet présenté un 4-3-3 inédit. Lucas Moura et Jallet sur le banc, un milieu à trois avec Matuidi en pointe basse derrière Thiago Motta et Pastore, et surtout, un trio d’attaque avec Ibra en position axiale pour lancer sur orbite Cavani, à droite, et Lavezzi, à gauche. Une configuration qui a rapidement mis les locaux en difficulté tant Ibra enfile désormais à la perfection ce costume de pivot passeur. Sa faculté à se déplacer entre les lignes est précieuse, la qualité d’appel des deux anciennes flèches du Napoli fait le reste. Après un premier face-à-face remporté par Riou (5e), le Suédois a délivré une offrande parfaitement dosée pour Cavani, dans l’espace, qui débloquait la situation tranquillement d’un tir croisé imparable (0-1, 25e).



Au-delà de son bilan comptable, deuxième but en autant de titularisations, la star uruguayenne a confirmé sa montée en puissance sur le plan athlétique. Sa polyvalence lui permet de se fondre sans problème dans ce type de schéma, tandis qu’Ibra prouve, par ses seuls déplacements, sa volonté de joueur le jeu dans leur association. Bousculés, les Nantais ont tenté de sonner la révolte en milieu de première période. Mais leurs phases offensives furent trop brouillonnes pour déstabiliser le bloc parisien. Il a fallu attendre la 40e minute pour se remémorer aux bons souvenirs en assistant à une combinaison « à la nantaise », mais Bessat, à la conclusion d’un jeu en triangle amorcé par Gakpe sauvé in extremis par Van der Wiel (40e). Bessat, à nouveau, voyait le cadre se dérober à bout portant devant Sirigu, avant que le portier italien ne sauve les siens sur une reprise en ciseau de Cicero dans une fin de première période qui a vu les Parisiens vaciller.

Revigorés par ce temps-fort, Les Canaris revenaient avec les mêmes intentions au retour des vestiaires, et ils méritaient une récompense face à une équipe parisienne trop suffisante  au moment de gérer ce court avantage. Suite à un coup franc rentrant précis, Djilobodji prenait le meilleur sur Alex pour remettre les deux équipes à égalité (1-1, 52e). Un trou noir qui s’est confirmé par une nouvelle parade de grande classe de Sirigu sur une tête puissante de Bedoya (58e). Les Parisiens répondaient sur un contre orchestré par Ibra mais le centre tendu de Cavani fut dégagé juste devant le buteur suédois. Zlatan a d’ailleurs éprouvé davantage de difficultés dans l’utilisation du ballon au cours d’une seconde période qui a vu le PSG peiner à imposer sa maîtrise collective. Ce fut finalement Lavezzi qui délivra le PSG au moment où Nantes a commençait à souffrir physiquement. Le virevoltant argentin avait bien suivi une frappe de Lucas repoussée sur la ligne (1-2, 73e). Cavani aurait même pu saler l’addition (78e), mais les locaux furent également tout proches de l’égalisation sur un tir contré de Pancrate (84e). Sans conséquence pour Paris. La copie rendue par les hommes de Michel Der Zakarian est clairement prometteuse pour l’avenir. Le PSG, de son côté, a enfin débloqué son compteur de victoires. Dans la douleur. Mission accomplie.

Résultats et classement de la Ligue 1

Relatifs

From the web