Nantes-Marseille 0-1, L'OM fait tomber Nantes sur le fil
Dans des conditions difficiles après 3 changements effectués rapidement, Nantes a résisté, longtemps, avant de plier contre l'OM (0-1).

La première sortie du FC Nantes version Ranieri avait mis en exergue les limites techniques des Canaris, contre le LOSC de Marcelo Bielsa (3-0), la semaine passée. La seconde n'a pas été plus simple, mais elle a souligné toutes ses vertus mentales. Dans des conditions dantesques, les Nantais ont offert une belle opposition à une équipe marseillaise qui a tardé à fructifier sa supériorité.

Tatarusanu longtemps héroïque

Ce grand classique de Ligue 1 a été débridé dès les premières minutes. Arrivé cet été, le gardien roumain Ciprian Tatarusanu s'est certainement mis la Beaujoire dans la poche. Il a sorti le grand jeu sur une première frappe puissante d'Anguissa (4e), avant de faire un arrêt sublime sur une tête de Thauvin en pleine lucarne (7e). Entre temps, Nantes avait répondu par Bammou, sur une frappe lointaine, aussi, mais Mandanda veillait également (6e). C'est à ce moment-là que les affaires nantaises se sont gâtées puisque Rongier (6e), Bammou (20e) puis Kacaniklic (24e) ont été contraints à sortir. En moins d'une demi-heure de jeu, Claudio Ranieri avait donc épuisé tous ses jokers ! L'OM n'en a pas vraiment profité, l'impeccable Tatarusanu repoussant les assauts de Germain (34e) et Lopez (45e) avant la pause.

Florian Thauvin Nantes Marseille

Au retour des vestiaires, Nantes gardait ce visage vaillant. Le bon quadrillage des Canaris, couplé à leur faculté à se projeter rapidement vers l'avant, a longtemps inquiété l'équipe de Rudi Garcia. Diego Carlos fut même tout proche d'ouvrir la marque (59e). Après des tentatives de Lopez (75e) puis Thauvin (80e) repoussées - encore - par Tatarusanu, les Nantais tombaient finalement  les armes à la main à deux minutes de la fin, sur un but opportuniste de Lucas Ocampos (0-1, 88e). Ranieri craignait Valère Germain, mais l'histoire retiendra qu'un autre de ses anciens poulains a fait pencher la balance. Malheureux, Emiliano Sala aurait pu devenir le héros du jour, mais deux coups de boule surpuissants ont rasé le montant d'un Mandanda scotché ! Ultimes frissons pour les supporters de la Beaujoire, qui ont remercié la bande à Ranieri pour le spectacle offert. 

Commentaires ()