Nancy-ASSE 3-1, Nancy descend malgré la victoire
Malgré la conquête des trois points contre l'ASSE, Nancy n'a pu éviter la relégation. Le 50e anniversaire du club a été gâché.

38e journée de Ligue 1
Nancy-Saint-Etienne : 3-1
Buts : Busin (17e),
Diagne (59e), Maouassa (82e); Nordin (74e)

L’espoir de se maintenir pour les Nancéens était infime avant cette 38ème journée et il n’y a pas eu de miracle. Les hommes de Pablo Correa n’étaient plus maîtres de leur destin pour arracher le barrage face à Troyes et leur prestation aboutie face à Saint Etienne ne laissera malheureusement que des regrets sur leur saison. Une dernière victoire probante face aux Stéphanois (3-1) ne comptera que pour du beurre malgré un engagement et une envie louables. Les lorrains ne pouvaient pas rattraper sur ce dernier match une phase retour complètement cauchemardesque, même si l’exploit a failli se faire si Le Goff n’avait pas égalisé pour Lorient à Bordeaux.

Le sursaut d’orgueil n’a pas suffi

Les spectateurs nancéens présents au Stade Marcel Picot, se demandaient sans doute pourquoi leur équipe n’a pas offert un visage aussi emballant qu’aujourd’hui durant ces derniers mois. Malgré l’absence de Diarra, Dia et Pedretti, Nancy a outrageusement dominé les Verts pendant presque 90 minutes. Busin a logiquement ouvert le score pour les hôtes sur un tir croisé suite à une action confuse dans la surface (17e, 1-0). Le break très attendu (une victoire de deux buts écarts aurait suffit pour arracher les barrages si Lorient avait perdu) est venu juste après la pause sur une tête de Diagne sur un corner de Maouassa (59e, 2-0).

L’euphorie s’est estompée peu de temps après avec le dénouement défavorable au Moustoir et la réduction de Nordin pour Saint Etienne fut plutôt anécdotique (74e, 2-1). Nancy qui retrouvera la Ligue 2 un an seulement après l’avoir quitté a quand même joué le jeu jusqu’au bout comme en témoigne le dernier but de Maouassa suite à un face à face bien maîtrise contre Ruffier (82e, 3-1). L’ancien club de Michel Platini, qui était présent au stade, n’avait simplement pas le niveau pour rester dans cette Ligue 1. Pour le président Jacques Rousselot presque en sanglots à l’issue de cette rencontre, la prise de conscience s’est faite trop tardivement, et un énorme sentiment de gâchis restera de cet exercice.

 

Commentaires ()