Un PSG fade sans Neymar, Draxler qui laisse passer sa chance....Les 3 choses à retenir du nul entre Montpellier et le PSG
Le PSG s'est déplacé à Montpellier sans son attaquant vedette et a montré un visage bien fade. Les Parisiens avaient-ils la tête au Bayern ?

Ceux qui se posaient la question de savoir comment le PSG pouvait jouer sans son attaquant vedette ont eu la réponse ce samedi. Uné équipe parisienne fade, qui a eu du mal à trouver la faille d'un Montpellier très axé sur la défense (0-0). 

Les notes des joueurs du PSG dans FIFA 18

Une première période de la part des Parisiens à l'image de la pelouse de la Mosson : ni à faire ni à refaire. Les hommes d'Unai Emery manquaient de vitesse et de percussion. Les Montpelliérains, décidés à ne pas faire de la figuration, les poussaient dans leurs retranchements, tentant même des gestes techniques. Difficile pour la ligne d'attaque parisienne de trouver des espaces devant une défense aussi compacte alors que le milieu de terrain jouait trop bas. La seule action dangereuse venait du trio Cavani-Draxler-Mbappé côté gauche (45è), qui n'avait pas réussi à tromper le gardien. 

Dès le retour des vestiaires, c'est l'ancien monégasque, bien inspiré en première période qui tentait un tir cadré, capté par le portier montpelliérain (47è) avant de mettre en danger la défense montpelliéraine (64è), lancé par Verratti. Ce n'était pas non plus l'après-midi de Cavani qui ratait plusieurs tirs devant le but dont une suite à une passe parfaite de Mbappé (58è, 90e). Côté montpelliérain, le contre de Roussillon qui servait Ninga sur le côté gauche était sauvé par un arrêt franc d'Areola (68è). Mais les Franciliens manquaient d'imagination afin de trouver la faille et s'imposer.

Ce que vous n'avez pas vu : 

Ou plutôt ce que vous avez vu et qui vous a interpellé : une pelouse indigne d'une rencontre en Ligue 1. Et quoi que l'on en dise, l'état d'un terrain peut influer sur un match, comme celui-ci qui manquait de vitesse. Le risque de se blesser, surtout avant un match de Ligue des Champions pousse tous les acteurs sur le terrain à ne pas se donner à 100%. C’est un « détail » qui doit être mis en avant et surtout être réglé le plus rapidement possible afin de ne pas entacher la réputation du championnat français.

L'article continue ci-dessous

La stat : 

Avant cette rencontre, le coach du MHSC affichait un taux de défaite de 100% face au PSG en L1 parmi les équipes affrontées plus d'une fois. Il comptabilisait un total de sept défaites. Après avoir montré le visage d'une équipe qui ne voulait pas se faire humilier par le grand PSG, l'ancien entraineur des Canaris peut désormais se targuer d'avoir d'abord tenu les hommes d'Unai Emery en échec, mais surtout de les avoir empêché de marquer, ce qui est inhabituel pour les Parisiens. En effet, ils avaient marqué lors de leur dix-huit derniers matches. 

L'homme (invisible) du match : Julian Draxler

Draxler avait une carte à jouer en l'absence de Neymar. Non pas qu'Unai Emery allait mettre de côté sa recrue à 222 millions d'euros si l'Allemand jouait bien mais il aurait pu prétendre à une place dans le XI à certains matches. Mais l'ancien joueur de Wolfsburg n'a pas montré le visage que l'on connaissait de la saison passée. Inexistant sur le côté gauche, il s'était même fait prendre son couloir par Mbappé à la fin de la première période. Remplacé à la 66è par Lucas, il n'a pas laissé un souvenir impérissable de cette heure de jeu à la Mosson. 

 

Commentaires ()