Manchester City-Everton 1-1, City sauve le nul
En clôture de la 2e levée de PL, Everton a cru réaliser un exploit après un beau but de Rooney. Mais City, bien que réduit à dix, a sauvé le nul.

2e journée de Premier League
Manchester City-Everton : 1-1
But :
Sterling (82e); Rooney (35e)

Il y a des habitudes qui ne se perdent pas, même en changeant de tunique. Cet été, Wayne Rooney a délaissé le maillot rouge de Manchester United pour revêtir le bleu d'Everton, mais il n'a pas abandonné pour autant son costume de bourreau de Manchester City. L'attaquant anglais a si souvent fait mal aux Eastlands par le passé, et il a récidivé ce lundi lors d'une visite à l'Etihad Stadium avec les Toffees. À neuf minutes près, ce but allait offrir aux siens une victoire de prestige mais Raheem Sterling en a décidé autrement.

Sakho bloqué par son prix

Rooney a trouvé la faille à dix minutes de la pause sur ce qui était la seule grosse occasion des visiteurs dans ce match. Acculés dans leur surface et au bord de la rupture face aux assauts répétitifs de City, les hommes de Koeman ont réussi à faire le dos rond pour ensuite piquer sur l'une de leurs premières montées dangereuses. D'aucuns nommeront ça le hold-up, tandis que d'autres parleront de réalisme dans les deux surfaces. Contrairement aux attaquants adverses, l'ancien mancunien n'a pas eu besoin d'une tonne d'opportunités pour faire mouche. À la suite d'un bon travail du talentueux Calvert-Lewin, qui a mis dans le vent trois défenseurs, il a placé une reprise sans contrôle qui a fini au fond avec l'aide du poteau. Pour sa 200e réalisation en Premier League, "Wazza" a gratifié ses fans d'un geste de grande classe. 

À 0-1, et avec presque une heure à jouer encore, Everton pouvait s'attendre à grandement subir. Mais, et comme si l'avantage acquis contre le cours de jeu n'était pas suffisant, Kyle Walker a eu l'idée de leur donner un coup de main. Ou, plus précisément, un coup de coude. L'arrière des Eastlands n'a pas choisi la meilleure des manières pour justifier les 55M€ de son prix de transfert. À quelques instants de la pause, il commettait un geste d'antijeu sur un adversaire. Ce n'était pas très ingénieux de sa part et cela lui vaudra certainement les remontrances de son coach.

Sterling délivre les Citizens

En infériorité numérique, la tâche des Sky Blues s'est nettement compliquée. Mais, ces derniers ont eu le mérite de ne rien changer à leur plan de jeu. Ils ont continué à presser et attaquer de tous les côtés, avec un jeu huilé et sans précipitation, si ce n'est dans le dernier geste. Ainsi, la seconde période est restée à sens unique, avec une équipe déterminée à recoller à la marque et une autre qui ne pensait qu'à assurer son avantage alors que le contexte du match l'invitait à se montrer plus conquérante.

Les Citizens ont poussé et ils ont fini par trouver la faille. Gabriel Jesus (43e), Aguero (50e), De Bruyne (75e) et Danilo (77e) ont tous été malheureux dans la finition, mais Sterling, lui, ne s'est pas manqué quand il a eu à convertir une remise involontaire de la tête de Holgate. D'une reprise de volée du droite imparable, il a fini par battre James Pickford. Une égalisation amplement méritée et qui aurait pu être suivie par un deuxième but dans le temps additionnel. Davy Klaassen s'est opposé inextremis à une tentative de De Bruyne, préservant le point de parité. Everton, qui a aussi fini le match à dix après l'expulsion de Morgan Schneiderlin, pouvait souffler. La bande à Koeman ne repart pas bredouille d'une rencontre où elle a mené au score pendant les deux tiers du temps. 

Commentaires ()