thumbnail Bonjour,
Direct

Coupe du Roi

  • 24 janvier 2013
  • • 22:00
  • • Estadio La Rosaleda, Málaga
  • Arbitre: Antonio Miguel Mateu Lahoz
  • • Spectateurs: 27099
2
FIN
4

Barcelone a gagné sur le résultat total de 6 - 4

ESP - Le Barça assure l'essentiel

ESP - Le Barça assure l'essentiel

Getty

Le Barça n'a pas produit son meilleur football mais se qualifie en demi-finale aux dépens du Malaga (2-4) après une seconde mi-temps de très haut niveau.

Espagne, Demi-finale de la Coupe du Roi

Malaga - FC Barcelone : 2 - 4 
Buts : Joaquim (12e) Santa Cruz (68e) - Pedro (8e) Piqué (47e) Iniesta (76e) Messi (80e) 

Le FC Barcelone s'est imposé (4-2) à Malaga et se qualifie pour les demi-finales de la Coupe du Roi. Les locaux se sont effondrés en seconde période lorsque la machine catalane marchait à plein régime. 

Très gros début de match des hommes de Pellegrini, qui réussissaient à presser très haut leur adversaire catalan du soir. Une entame altérée par la machine Barcelonaise qui, en une action, a donné ses lettres de noblesse au « jeu collectif ».  Au terme d'une action collective, Dani Alves est alerté dans la surface, côté droit par une passe de Xavi, offrait un caviar à Pedro seul au point de penalty qui trompa le portier Andalou d’une tête décroisée, imparable (8e).

Malgré cette leçon crûe de réalisme catalan, les Boquerones n’ont pas lâché et ont continué d’attaquer. Servi de dans l'intervalle par une passe lumineuse de Duda, Joaquin contrôlait son ballon au milieu des défenseurs catalans à l'entrée de la surface. L’ancien du Bétis Séville  plaça instantanément  un tir à ras de terre qui fila au ras du poteau droit de Pinto (12e). Il a fallût 4 minutes au Stade de la Rosadela de passer de la déception aux cris de joie. La suite des hostilités fût équilibrée en dépit d’un léger avantage catalan au terme de possession de balle.

Bien en place, Malaga a enrayé la fluidité de la machine Messi-Iniesta-Xavi. Enrayé juste, car même contrarié les Blaugrana restèrent très dangereux. Comme en témoigne ce merveilleux une-deux réalisé les yeux fermés entre Iniesta et Messi. Une action sur laquelle la barre transversale sauva la frappe de l’international espagnol (36e). Réponse immédiate des Malaguenos, Nacho Camacho dans l'axe frappait sans contrôle mais Pinto était sur la trajectoire. Egalité en rentrant aux vestiaires, les Andalous étaient qualifiés jusqu’au retour des vestiaires.



Des imperfections mais un réalisme glacial 

Les Boquerones ont été cueilli à froid par les Catalans. Suite à un coup franc rapidement joué par les Catalans, Xavi servait Iniesta qui offrit un bon ballon à Piqué par-dessus la défense andalouse. Le défenseur espagnol après un contrôle d'attaquant fusillait Kameni d'une frappe à ras de terre du pied gauche. Un vrai but d’attaquant du défenseur nouvellement « Papa » accoutumé du fait. Un début de seconde période glacial des Andalous contrairement à des Catalans qui ont retrouvé du poil de la bête et qui prenait d’assaut les cages de Kameni.

Alors qu’on croyait les hommes de Jordi Roura à l’abri de tout danger, sur une contre-attaque éclaire amorcée par Eliseu, Santa Cruz idéalement décalé par Joaquim égalisait pour Malaga. Les Malaguenos ont recollé au score dans leur moment faible, la tension monta donc d’un cran dans ce match. Un cran au-dessus comme le niveau auquel Iniesta évolué ce soir, intenable durant toute la rencontre, l’international espagnol y est allé de son but après un une-deux mystifiant avec Fabregas aux abords de la surface. Le Barça va profiter de ce moment de moins bien de la défense et des supporters Andalous pour faire le break. Qui d’autre que Léo Messi pour saler l’addition. Servi au cœur de la surface par un centre millimétré de Daniel Alves (auteur de sa deuxième passe décisive du match) Léo a trompé Kameni d’une tête limpide (80e).

Le Barça s’impose donc au Stade Roselada et retrouvera le Real Madrid en demi-finale de la Copa del Rey. Les hommes de Pelligrini peuvent être fiers de leur première mi-temps et de ce léger sursaut d’orgueil en seconde mi-temps. En définitive, le Barça était- malgré quelques imperfections- trop fort devant les buts.

Tout sur la Coupe du Roi

Relatifs

From the web