thumbnail Bonjour,
Direct

Ligue des champions UEFA

  • 23 octobre 2012
  • • 20:45
  • • Stade Pierre-Mauroy, Villeneuve d'Ascq
  • Arbitre: M. Atkinson
  • • Spectateurs: 45259
0
FIN
1

LdC - Lille cède encore

LdC - Lille cède encore

Gettyimages

Sans être ridicule, le LOSC n’a rien pu faire contre le Bayern, pour échapper à sa 3e défaite en Ligue des Champions (0-1). Une défaite qui met fin à ses espoirs de qualification.

Groupe F de la Ligue des champions
Lille - Bayern : 0-1
But : Muller (20e s.p.)

Décevant lors de ses deux premières rencontres dans ce Groupe de Ligue des Champions (face à Valence et le FC Bate), le LOSC n’a pas eu à rougir ce soir de ce qu’il a montré face au favori de la poule, le Bayern. Mais, le résultat des courses fut le même. Florent Balmont et ses coéquipiers ont une nouvelle fois chuté. La soirée de la révolte tant espérée au Grande Stade n’a pas eu lieu. Avec l’expérience qui est la sienne, le vice-champion d'Europe a tout fait pour l’empêcher en comptant également sur un petit coup de pouce du corps arbitral. La différence au tableau d’affichage s’est faite sur un pénalty qui ne se siffle qu’une fois sur dix. Vu que pas grand-chose ne leur réussit depuis quelques temps, les Dogues ont été à peine surpris que cette exception soit tombée sur eux.

Neuer n’a rien eu à faire  

Malgré la lourde pression qui pesait sur leurs épaules, c’est un début de match plutôt réussi qu’ont signé les Lillois. Durant les dix premières minutes, ils ont su bien contenir les assauts bavarois, et auraient même pu prendre l’avantage si Marvin Martin avait mieux négocié un contre rapide. Malheureusement, une erreur d’appréciation de l’arbitre de la partie, l’Anglais Mr Atkinson, est venue briser à la 20e minute la bonne dynamique nordiste. Ce dernier s’est fait duper par le talent d’acteur de Phillip Lahm lorsque celui-ci, aux prises avec Benoit Pedretti, s’est infiltré dans la surface pour ensuite tomber facilement. Le pénalty sifflé fut transformé avec succès Thomas Muller, qui prenait Mickaël Landreau à contre-pied. Déjà très compliquée avant l’entame de la partie, la mission lilloise devenait alors quasi impossible.

Le LOSC avait alors de quoi se décourager, mais les hommes de Garcia ont su globalement se ressaisir. S’ils ont laissé la maitrise du cuir à leurs opposants, ils sont parvenus à jouer assez haut et éviter de se mettre en danger. Un comportement défensif appréciable face à un ogre européen, mais auquel ils n’ont pas vraiment su allier une bonne utilisation du ballon aux avant-postes. En dépit de la présence de cinq éléments à vocation offensive, les Dogues n’ont absolument pas mis en danger Manuel Neuer durant la première période. Le dernier rempart allemand s’est juste fait une frayeur à la 29e en voyant Roux et De Melo en position de reprendre le cuir dans son dos, mais les deux attaquants lillois sont arrivés en retard. Sinon ? Sinon, il aurait même pu prendre froid, tellement il s’est montré inactif.

Durant la pause, Garcia a, bien sûr, tancé ses hommes en les poussant à prendre plus de risques. Un message qui a été entendu, mais à moitié seulement. Trop limités techniquement mais aussi mentalement pour mettre la pression sur leurs opposants, les Dogues se sont mis à tenter des frappes de loin. Ce fut sans le moindre succès, surtout que les essais de Balmont (48e et 68e), de Roux (56e) et de Payet (70e) n’ont même pas trouvé le cadre. Dans ce registre, les Munichois n’ont pas été plus efficaces, à l’image de Kroos (60e) dont le tir fut un peu trop enlevé, mais, eux n’auront pas à le regretter. Le résultat convoité était alors acquis, et ils ont su le tenir jusqu’au bout, en dépit d’une fin de match plus vivante chez les locaux grâce notamment à l’entrée en jeu de Ryan Mendes. Sur la table de la dissection, ça sera l’une des rares satisfactions lilloises.

Résultats et classement

Relatifs

From the web