thumbnail Bonjour,
Direct

Matchs Amicaux

  • 14 novembre 2012
  • • 20:50
  • • Stadio Ennio Tardini, Parma
  • Arbitre: Alberto Undiano Mallenco
  • • Spectateurs: 20000
1
FIN
2

Amical - La France s’impose en Italie

Amical - La France s’impose en Italie

Getty

Même bousculée dans le jeu, l’Equipe de France de Didier Deschamps a signé un très joli coup ce mercredi en faisant chuter l’Italie chez elle (2-1).

Match Amical

France - Italie : 1-2

Buts : El Shaarawy (35e); Valbuena (37e), Gomis (67e)

Au terme d’une rencontre animée et longtemps indécise, l’Equipe de France a réussi le pari de dominer l’Italie sur sa pelouse (2-1). A défaut d’être souverains dans le jeu, les Bleus ont fait montre d’intelligence et de concentration pour venir à bout d’une Squadra Azzura un peu trop portée vers l’avant. Même menés au score, ils ne se sont pas désolidarisés et un superbe but de Mathieu Valbuena, puis celui de Bafétimbi Gomis, leur ont permis de renverser la vapeur. Un mois après avoir accroché l’Espagne sur sa pelouse, l’équipe de Didier Deschamps a donc signé un nouveau résultat positif face à une grande nation de foot. De quoi passer finir l’année avec le sourire et le sentiment du devoir accompli.

Un bijou de Valbuena

A l’image de l’ambiance régnant dans les travées de la vétuste enceinte d’Ennio Tardini, le début de la rencontre n’a pas déçu. Malgré le caractère amical de cette empoignade, les deux sélections ont rapidement fait montre de beaucoup de volonté et d’engagement. Devant les supporters, les Italiens n’ont d’ailleurs pas mis beaucoup de temps pour porter le danger devant les buts d’Hugo Lloris. Dès la 10e minute, Mario Balotelli allumait la première mèche en plaçant une frappe sur la transversale. Une première alerte sans conséquence, mais qui a averti les Tricolores quant aux intentions ambitieuses de leurs hôtes. En difficulté dans l’entrejeu et manquant d’agressivité, ces derniers n’ont pas su réagir et ont fini par craquer lorsqu’une déviation de Balotelli à la 35e profita à Montolivo qui lança Stephan El Shaarawy dans des conditions idéales. Le jeune buteur du Milan AC ne s’est alors pas fait prier pour inscrire son premier but en sélection. D’un puissant tir croisé, il permettait aux siens de décoller à la marque.

L’ouverture du score a réveillé les supporters transalpins, mais la joie de ces derniers n’a duré que deux minutes. Le temps pour Mathieu Valbuena d’enclencher une superbe action individuelle sur l’aile gauche, qu’il ponctua par un remarquable tir enveloppé. Le ballon alla se loger dans la lucarne de Salvatore Sirigu. Un petit chef d’œuvre mais le milieu marseillais en est un adepte. Bousculés quelque peu dans leur jeu, les Bleus ont donc pu compter sur le petit ailier pour revenir dans le match. La fin de la première période a ensuite été totalement à leur avantage, et elle aurait pu déboucher sur un deuxième but si Franck Ribéry s’était montré plus précis dans sa tentative de 20 mètres. Ca n’a pas été le cas et c’est donc sur ce score de parité que les deux équipes ont gagné les vestiaires, avec cette perspective d’une deuxième période très alléchante.



Les remplaçants ont fait la différence

A la reprise, les prévisions générales se sont vérifiées avec les Azzurri, comme les Tricolores, ont su préserver un rythme élevé, et ce malgré les nombreux changements apportés rapidement par les deux sélectionneurs. Cela changeait des quelques duels cadenassés qu’il y avait, par le passé, entre ces deux voisins. La physionomie n’a pas vraiment changé du premier acte, à la différence que la bande à Prandelli a su se montrer plus percutante dans ses offensives grâce notamment à l’incorporation de l’expérimenté Andrea Pirlo. Le laziale Andrea Candreva n’était pas passé loin de concrétiser ce sursaut azzuro (53e). Lloris a fait son travail sur ce coup, et ses coéquipiers s’en sont inspirés pour repartir de l’avant. Tout comme leurs opposants, ils s’en ont remis sur des remplaçants pour trouver ce second souffle.

Lancés à l’heure du jeu, Jérémy Menez et Bafétimbi Gomis ont pris vite la température de ce choc, et le duo a pris les choses en main à la 68e minute de jeu. Sur le côté gauche de l’attaque, avec une attaque initiée par le Parisien, et prolongée ensuite par Patrice Evra, l’attaquant lyonnais surgissait au second poteau pour reprendre le cuir. Cela a fait mouche (2-1, 67e). Sans trop forcer et d’une manière presque inattendue, les Français prenaient l’avantage dans cette partie. A un peu plus de vingt minutes de la fin, leur mission était, dès lors, de le préserver. Ils l’ont réussi, mais non sans trembler face à une équipe italienne qui a tout donné pour égaliser. Le vice-champion d’Europe y a mis du cœur avec une vague de tentatives intéressantes (Diamanta 74e, 80e, Giovinco 83e, Giaccherini 87e). En vain. Pour la première fois depuis 2006, la Nazionale chutait face aux Bleus.

Le film du match

Relatifs

From the web