France-Galles - Tolisso marque des points, les GG marquent encore, une ovation pour Fekir : les 3 choses à retenir de la victoire des Bleus
En dominant le Pays de Galles dans les grandes largeurs, les Bleus ont entamé leur préparation au Mondial par une victoire logique (2-0).

Pour le premier match amical de préparation à la Coupe du monde, Didier Deschamps n'était pas d'humeur à lancer une équipe trop expérimentale. Puisque les absences de Paul Pogba, de N'Golo Kanté ou d'Ousmane Dembélé avaient déjà amoindri les Bleus lors du précédent rassemblement, le sélectionneur avait décidé de capitaliser sur ceux qui avaient validé le mois dernier la qualification pour le Mondial. Dans l'habituel 4-2-3-1, les coéquipiers d'Antoine Griezmann, de nouveau buteur au Stade de France, ont fait le boulot face à une rigoureuse équipe du Pays de Galles (2-0). 

Les statistiques de la rencontre

Dès les premiers instants de la rencontre, les Bleus ont marqué leur territoire avec plusieurs occasions dont la plus franche s'est terminée par un arrêt de Hennessey sur une frappe de Kylian Mbappé finalement échouée sur la barre transversale (10e). Il aura fallu attendre quelques minutes supplémentaires pour que la domination française se matérialise. Parfaitement lancé par une passe de Corentin Tolisso par dessus la défense, Antoine Griezmann a repris d'une volée accrobatique pour ouvrir le score (1-0, 18e). Installés dans un faux rythme face à des Gallois bien regroupés, les Bleus ont enchaîné avec plusieurs situations et un avertissement : une frappe de Gunter bien captée par Mandanda (36e) qui a rappelé que l'avantage restait mince. 

Au retour des vestiaires, les hommes de Didier Deschamps ont imprégné plus de rythme et sollicité Hennessey à deux reprises par l'intermédiaire de Giroud puis Coman. Grâce à la vitesse de leurs ailiers, les Bleus ont appuyé pour faire le break à vingt minutes du terme de la rencontre. Lancé côté droit, Kylian Mbappé a trouvé Olivier Giroud en retrait avant que le Gunner n'ajuste le portier gallois avec un peu de réussite (2-0, 71e). Convaincants dans l'intensité, les Bleus entament leur préparation par une victoire nette qui aurait pu être soldée par plus de buts si les frappes d'Umtiti (76e) et de Pavard (80e) n'avaient pas fini leurs courses sur les montants.

Un joueur dans le match : Corentin Tolisso, une mi temps encore (très) convaincante

De nouveau titularisé dans l'entrejeu aux côtés de Blaise Matuidi, Corentin Tolisso s'est montré une nouvelle fois très convaincant. Avec un volume de jeu toujoursaussi généreux, le milieu de terrain du Bayern Munich a montré de la présence dans tous les compartiments du jeu : de la récupération aux projections en passant par l'orientation du jeu. Capable de briser les lignes par la passe, l'ancien lyonnais s'est illustré sur l'ouverture du score de Griezmann avec un superbe ballon par dessus la défense. Alors qu'il s'est parfois amusé techniquement dans l'entrejeu, à l'image d'un coup du sombrero validé à la 32e minute, le relayeur a touché 43 ballons pour 98% de passes réussies. 

Ce que vous n'avez peut-être pas vu : une ovation pour Fekir, des huées pour Thauvin

Il n'avait pas été sélectionné lors du dernier rassemblement par Didier Deschamps, ce qui avait soulevé quelques incompréhensions. Auteur d'un début de saison canon avec l'Olympique lyonnais (11 buts et 4 passes décisives en Ligue 1, ndlr), Nabil Fekir se savait attendu mais peut-être pas autant désiré. Entré peu après l'heure de jeu, l'international français a eu droit à une ovation du kop des irrésistibles français qui a fait scander son nom à plusieurs reprises à toute la tribune nord. Plus tard dans la rencontre, Florian Thauvin a vécu une entrée en jeu radicalement différente. Le Marseillais, qui fêtait sa seconde sélection, a été copieusement sifflé par une partie du public parisien. Des huées auxquelles ont répondu les irrésistibles en scandant également son nom.

L'article continue ci-dessous

La statistique à retenir : Griezmann, l'indispensable

Si l'équipe de France a remporté 10 de ses 12 derniers matches joués au Stade de France, ce n'est certainement pas sans le concours d'Antoine Griezmann. L'attaquant français, qui continue d'entretenir d'excellentes statistiques sous le maillot Bleu, est impliqué dans 10 buts lors de ses 12 derniers matches. 

Julien Quelen, au Stade de France. 

Commentaires ()