thumbnail Bonjour,
Direct

Championnat Européen

  • 10 juin 2012
  • • 18:00
  • • PGE Arena Gdańsk, Gdańsk
  • Arbitre: V. Kassai
  • • Spectateurs: 38869
1
FIN
1

Euro 2012 - L'Italie freine l'Espagne

Euro 2012 - L'Italie freine l'Espagne

Getty

L'Italie et l'Espagne se sont quittés sur un match nul après un match très disputé pour la première journée du groupe D (1-1).

Euro 2012 – Groupe C
Espagne – Italie : 1-1
Buts : F. Fabregas (64e) -A. Di Natale (61e)

Un vrai duel. C'est ce qu'ont offert l'Espagne et l'Italie ce dimanche. Les deux derniers champions du Monde, qui se craignaient certainement avant de s'affronter, n'ont pu se départager dans l'Arena Gdansk (1-1). Sans doute par manque d'ambition ni d'envie, mais bien parce qu'il a s'agit du match le plus équilibré de l'Euro depuis le début de la compétition. Un point qui va rendre les choses encore plus intéressantes dans ce groupe C, où les deux favoris vont devoir batailler jusqu’au bout. 

Une Italie vaillante

En vue du onze sélectionné par Cesare Prandelli, composé de 3 défenseurs centraux (De Rossi comme nouveauté) et de deux latéraux, on attendait un match fermé de la part de l'Italie. Mais les champions du Monde 2006, qui ont dû préparer ce choc face à la grande Espagne après une hécatombe de blessures et un scandale d'envergure nationale dans leur pays, ont offert une brillante prestation. Mordants, combatifs et très appliqués, ils ont fait en sorte de gêner un maximum les relances espagnols, en utilisant notamment Mario Balotelli et Antonio Cassano comme premiers défenseurs. Un travail qui a contrasté avec celui des espagnols, qui ont longtemps évolué sans référence devant la défense italienne, et le choix de Vicente Del Bosque a finalement permis à la défense italienne de gagner quelques mètres pour permettre à toute l'équipe de mieux presser.

Prandelli premier à bouger

Sans véritable avant centre devant le but, l'Espagne s'en est remis à ses milieux de terrains pour apporter le danger dans les 30 derniers mètres et l'ont a souvent retrouvé David Silva et Andrés Iniesta comme danger numéro un. Le milieu de terrain du Barça, n'a cessé de faire des misères aux défenseurs de la Qquadra Azzura et a longtemps manqué d'un joueur a qui faire la dernière passe dans les derniers mètres. Du coup, Cesare Prandelli a vu une opportunité et a décidé de bouger ses cartes en premiers. Balotelli, très travailleur mais sous la menace d'un carton rouge à céder sa place à Di Natale et le vétéran d'Udinese n'a pas perdu de temps pour concrétiser l'un des caviar de Pirlo en trompant Casillas d'un plat du pied (61e). Un coup de massue sur la tête de l'Espagne, qui a sonné comme un réveil.

Del Bosque réagi

Car quelques minutes plus tard, les milieux de terrain espagnols allaient faire parler la poudre. Sur un jeu en triangle dans les 25 derniers mètres, Iniesta servait bien Silva dans l'axe qui se fendait alors d'une superbe passe de l'extérieur du pied pour Fagrebas. Le catalan, lancé reprenait alors le ballon du plat du pied pour prendre Buffon à contre pied et mettre les deux équipes à égalité (66e). Un but superbe, à 'image de la rencontre finalement très disputée. Car l'Italie a offert une véritable opposition à l'Espagne et sortira forcément de ce match grandit. Fernando Torres, entrée pour apporter de la profondeur, aurait pu faire la décision par deux fois, mais un Buffon vigilant l'a bien contrôlé (83e), et sa tentative de lob quelques minutes plus tard n'a pas trouvé le chemin des filets (88e). Après tant de difficultés, faire jeu égal et prendre un point au champion en titre permettra aux hommes de Prandelli d'amorcer les deux prochains matchs avec un moral au sommet. Coté Espagne, c'est d'avantage sur sa sélection que Vicente Del Bosque devra s’interroger. La Roja détient clairement les armes pour aller au bout. Mais ne risque t-elle pas une mauvaise surprise si celles-ci sont toujours utilisées comme un recours ?


Résultats et classement de l’Euro 2012

Relatifs

From the web