Crystal Palace-Arsenal (3-0), les Gunners touchent le fond
Arsenal a compromis sérieusement ses chances de retrouver la C1 en tombant chez Crystal Palace ce lundi. Et la défaite était humiliante (0-3).

32e journée de Premier League
Crystal Palace-Arsenal : 3-0
Buts :
Townsend (17e), Cabaye (63e), Milivojevic (68e s.p.)

Déjà largement largué dans la course au Big Four, Arsenal s'est encore sérieusement éloigné de son objectif d'atteindre la Ligue des Champions en abandonnant les points mis en jeu face à Crystal Palace. Mais, à Selhurst Park, plus que la mauvaise opération comptable enregistrée c'est surtout la manière avec laquelle les Gunners ont coulé qui a surpris. Contre une équipe occupant la 16e place au classement, Alexis Sanchez et cie se sont effondrés dans des proportions insoupçonnables. Cette déroute semble être celle de trop pour Arsène Wenger.

Les "Wenger Out" les plus créatifs

Le coach français pourra-t-il encore s'accrocher à ce poste après une prestation aussi alarmante ? Dans ce match, ses hommes n'ont rien montré. A aucun moment, ils n'ont affiché les ressources pour pouvoir éviter le pire. Après avoir cédé dès la 17e minute sur une réalisation d'Andros Townsend, buteur sur un centre de Wilfried Zaha, ils ont complètement démissionné. S'ils ont gardé la possession du ballon, ils se sont montrés d'une incroyable impuissance aux avant-postes. En terme de tirs cadrés, ils ont même eu deux fois moins de tentatives que leur modeste adversaire du jour (3 contre 6 tirs cadrés). Et seul Sanchez a réussi à se créer ce qui ressemblait à une occasion de but (24e).

Le chef d'oeuvre de Cabaye

A la mi-temps, les supporters d'Arsenal avaient encore l'espoir de voir les leurs revenir à la marque. Mais, ils ont vite déchanté. La seconde période a dû leur paraitre extrêmement longue tant leur formation faisait peine à voir. Christian Benteke (50e) et Townsend (52e) n'ont pas été loin de doubler la mise dès la reprise pour les Eagles. Cet honneur est finalement revenu à un Frenchie. Yohan Cabaye signait un but de toute beauté à la 63e minute. L'ancien Parisien trouvait la frappe sur une sublime frappe enroulée à l'entrée de la surface. Un geste final parfaitement exécuté, comme on en a vu très peu dans le camp d'en face.

Sonnés, les Gunners ont terminé la rencontre péniblement. Leurs malheurs se sont accentués à la 68e minute quand le jeune Emiliano Martinez est venu provoquer un pénalty. Le remplaçant de Cech et d'Ospina dans les buts s'est complètement manqué sur une sortie, emportant et son adversaire et le ballon et un coéquipier. Le pénalty était inévitable et le serbe Luka Milivojevic s'est donné à cœur joie pour le transformer. Ce fut le coup de grâce pour une équipe d'Arsenal au bout du rouleau. Et dire que jusqu'ici Wenger n'avait encore jamais perdu face à cet adversaire. Il y a un début à tout. Et une fin à tout aussi.  

Commentaires ()