thumbnail Bonjour,
Direct

Coupe du Monde

  • 12 juillet 2014
  • • 22:00
  • • Estádio Nacional de Brasília, Brasília, Distrito Federal
  • Arbitre: D. Haïmoudi
  • • Spectateurs: 68034
0
FIN
3

Arjen Robben Luiz Gustavo Ramires Brazil Netherlands 2014 World Cup third-place playoffBrazil Netherlands 2014 World Cup third-place playoff

Brésil-Pays-Bas (0-3), les Pays-Bas enfoncent le Brésil

Arjen Robben Luiz Gustavo Ramires Brazil Netherlands 2014 World Cup third-place playoffBrazil Netherlands 2014 World Cup third-place playoff

Getty

Les Pays-Bas terminent troisièmes du Mondial à la suite de leur succès contre le Brésil (3-0). Les Auriverde ne se sont pas du tout remis de la gifle reçue contre l’Allemagne.

Match de classement du Mondial
Brésil-Pays-Bas : 0-3
Buts :
Van Persie (3e), Blind (16e), Janmaat (90e)

Le Brésil s'est incliné deux fois de suite à domicile pour la première fois de son histoire après une déroute face aux Pays-Bas, solides sans être particulièrement inspirés et qui l'ont emporté trois à zéro.

Seulement cinq jours après l'humiliation historique face à l'Allemagne (1-7), le Brésil disait adieu à sa Coupe du Monde dans le match pour la troisième place face aux Pays-Bas.

Le sélectionneur Scolari, critiqué à raison pour ses choix tactiques tout au long du tournoi, décidait de sortir quelques éléments jugés parasites de son onze de départ. Exit les Fred, Hulk, ou encore Marcelo qui avait été si friable sur son côté gauche en demi-finale.

Le retour de Thiago Silva dans la défense, aux trois-quarts parisienne avec la présence de Maxwell et David Luiz, ne suffit pas à stabiliser l'arrière-garde brésilienne.

Après seulement deux minutes de jeu, David Luiz est battu dans un duel aérien par Van Persie qui lance Robben dans la profondeur. Débordé, Thiago Silva se rend coupable d'une faute en tant que dernier défenseur. L'arbitre algérien, M. Haimoudi, n'avertit le défenseur parisien que d'un carton jaune quand le rouge semblait de mise. Cependant il désigne le point de penalty, alors que la faute semblait juste à l'entrée de la surface.

Van Persie s'en charge et convertit la sentence d'une frappe sèche croisée, juste à la bonne hauteur (0-1, 3ème).

Les Pays-Bas sont lancés et les souvenirs du cauchemar vécu face à l'Allemagne commencent déjà à ressurgir côté brésilien.

Les joueurs de Van Gaal, privés de leur meneur de jeu Wesley Sneijder qui a ressenti une pointe à la cuisse juste avant le match, déroulent leur jeu sans le moindre mal.

Son remplaçant, Jonathan de Guzman, se distingue au quart d'heure de jeu. Légèrement hors-jeu, il adresse un bon centre depuis l'aile droite que David Luiz dégage en plein axe. Daley Blind n'en demande pas tant pour doubler la miser (0-2, 16ème).

Le scénario catastrophe est un problème mental, tactique et technique pour l'équipe de Scolari. Le manque criant d'une alternative à Neymar dans le schéma offensif des hommes en jaune est édifiant.

Assis sur le banc de touche, le milieu offensif du Barça observe ses coéquipiers en difficulté.

Oscar tente bien de prendre plus de place dans le jeu, décrochant souvent jusque dans sa moitié de terrain pour organiser les siens, mais cela est bien trop tendre en l'absence d'un réel point de fixation à l'avant, où Jô est inexistant.

Les Pays-Bas retournent au vestiaire avec deux buts d'avance.

En seconde période, le Brésil se met davantage à l'évidence avec l'entrée de Feernandinho puis Hernanes dans l'entre-jeu. C'est pourtant Robben qui d'une frappe croisée à la cinquantième manque d'inscrire le troisième but néerlandais.

A la 68ème minute, Oscar peut obtenir un penalty mais est finalement averti pour simulation. Rien ne sourit aux joueurs de Scolari qui manquent de panache dans la surface adverse.

L'entrée de Hulk ne change rien au destin du Brésil dans cette compétition. C'est même Robben qui s'échappe à deux reprises et manque d'obtenir un penalty à la 83ème minute.

Dans le temps additionnel, l'immense ailier du Bayern décale pour Janmaat dont le centre est parfaitement repris par le capitaine du PSV Eindhoven, Wijnaldum.

L'humiliation est complète pour le Brésil qui sort de cette compétition la tête basse, bien loin des rêves de gloire qui avait bercés tout un peuple depuis quelques mois déjà.

Relatifs