Besiktas-Lyon (2-1 t.b. 5-6), l'OL tient sa demie après un quart retour irrespirable
Lyon a souffert à Istanbul, frôlant souvent la sortie. Mais, il a tenu tête à son hôte pour ensuite empocher la qualification aux tirs au but.

¼ de finale retour de la Ligue Europa
Besiktas-Lyon : 2-1 a.p.t.b. 5-6
Buts :
Talisca (27e, 58e); Lacazette (34e)

Le rêve d'un triomphe en Ligue Europa reste de mise pour l'Olympique Lyonnais. L'équipe rhodanienne a atteint le dernier carré de cette compétition pour la première fois de son histoire. Mais, sa qualification contre le Besiktas s'est faite dans la douleur. Dans une atmosphère difficile, et après deux heures de jeu d'une grande intensité, les vice-champions de France ont fait la différence aux tirs au but. Leurs pieds n'ont pas tremblé au moment opportun, ni les mains de Lopes, auteur de deux arrêts. Et c'est aux tripes qu'ils se sont adjugés le ticket tant convoité. 

Rashford et les Red Devils en demi-finale

Un gros combat était promis aux Lyonnais pour leur déplacement dans la bouillante Vodafone Arena. Et ils l'ont eu. Face à des Turcs remontés après leur défaite de l'aller, et soutenus par tout un peuple, les hommes de Bruno Genésio ont été poussés dans leurs retranchements. A l'instar de ce qu'ils avaient vécu à Rome en huitièmes de finale, ils se sont positionnés trop bas sur le terrain et il n'était, dès lors, pas du tout surprenant à ce qu'ils essuient de multiples banderilles. Heureusement pour eux, seules deux d'entre elles ont fini au fond de leurs filets.

Seul le Brésilien Talisca est parvenu à trouver la faille en faveur des Turcs. Avant la demi-heure du jeu, et au sortir d'une période de domination nette de sa formation, il a converti avec succès un corner en plaçant une frappe en pivot qui a surpris tous les Gones. L'ex-Benfiquiste a remis ça une demi-heure plus tard en surgissant entre Gonalons et Morel pour reprendre de la tête un centre millimétré d'Adriano. Un joli doublé et qui aurait pu suffire au bonheur des Aigles si, entre-temps, Alexandre Lacazette n'avait pas égalisé d'un lob subtil après un service de Gonalons.

Les deux gardiens ont eu du travail

A 2-1, la balle était remise au centre. Plus rien n'a donc ensuite été marqué jusqu'à cette épreuve des tirs au but. Ce n'était pourtant pas faute d'avoir tenté de forcer la décision. D'un côté comme de l'autre, on a tout pour faire éviter la lotterie. Mais, le manque de réussite dans la zone de vérité et le talent des deux gardiens s'y sont mêlés. Pour l'OL, Lopes a réalisé au moins deux parades décisives (56e et 106e contre Tosun), tandis que pour le Besiktas, Fabri a joué les sauveurs sur une tête à bout portant de Diakhaby (88e) et devant Fekir (112e).

Défaillant à l'aller, le gardien du Besiktas a, cette fois, sorti le grand jeu. Et lorsqu'il était pris à défaut, il a pu compter sur un poteau (41e) ou une transversale (90e) pour le suppléer, avec à chaque fois Lacazette dans le rôle de héros malheureux. Les Lyonnais ont touché du bois, mais leurs regrets étaient relatifs car le Besiktas aussi a trouvé le montant par l'intermédiaire de Quaresma (87e). Et il y a aussi de grosses frappes de Talisca (43e et 54e, 103e) et de Babel (87e) qui ont fini de peu à côté. Au nombre d'occasions franches, il serait décent de dire que les deux équipes se sont neutralisées. Et ce sont donc les locaux qui ont eu le plus à regretter cette égalité sur les deux matches.

Commentaires ()