Belgique-Italie (0-2), l'Italie commence fort
Au terme d'un match à haute intensité, l'Italie s'est imposée contre la Belgique pour son entrée en lice dans l'Euro 2016 (0-2). La Nazionale frappe fort d'entrée.

1e journée du Groupe E de l'Euro
Belgique-Italie : 0-2
Buts  
: Giaccherini (32e), Pellè (90e+2)

C’est incontestablement la première grosse sensation de ce début de l’Euro. Une victoire Italienne qui marque les esprits face à l’un des favoris du tournoi, avec l’art et la manière. C’est peut-être une demi-surprise, puisque la Squadra Azzura a beaucoup d’atouts à faire valoir et même si les hommes d’Antonio Conte ont souvent laissé ce soir le monopole du jeu à l’adversaire belge, personne ne pourra contester ce beau succès transalpin dans ce choc du Groupe E. Car la victoire d’aujourd’hui est une victoire de cœur, d’envie et de sacrifices. Une victoire construite grâce à une intelligence tactique incroyable de ses hommes et de son entraîneur. Et ce qui est sans doute le plus surprenant, c’est que pour défier une somme d’individualités belges (De Bruyne, Hazard, Lukaku and co), l’Italie a opposé un groupe solidaire, où chaque maillon était important et où tout le monde semblait tirer dans le même sens notamment dans les dernières minutes quand l’adversaire butait sur le bloc défensif sans jamais trouver de solutions.

L’Italie a rarement été aussi impressionnante dès l’entame du tournoi, et malgré tout le scepticisme qui accompagnait l’équipe avant le début de la compétition, Conte est parvenu à faire taire les critiques grâce à un jeu compact, solide et efficace devant. Ses joueurs ont fait la différence sur deux jolis buts de Giaccherini (32e) et Pellè (90e+3e), deux buts où les passeurs décisifs se sont bien illustrés, en l’occurrence Bonucci sur un centre de 50 mètres et Candreva sur une belle pichenette. L’addition aurait pu être plus lourde pour les Diables Rouges si Pellè (29e, 36e, 55e) et Immobile (84e) avaient eu plus de réussite sur les tentatives. Quant aux Belges, malgré 25 000 fans présents au stade, ils n’ont jamais pu rentrer dans la rencontre et le réalisme offensif les a bien desservis. Mais on ne peut gagner une rencontre en s’appuyant uniquement sur deux joueurs comme De Bruyne et Hazard qui ne pouvaient faire des étincelles à eux seuls. Une réaction est impérative dans quatre jours face à l’Eire.

L'homme du match – Antonio Candreva : Le milieu Laziale a fourni une copie presque parfaite grâce à une activité incessante sur le côté droit. Toutes les attaques italiennes sont passées de son côté, ce qui lui a permis très souvent de fournir de bons ballons à ses partenaires. Il n’a jamais hésité dans ses choix et a souvent pris les bonnes initiatives. Pour couronner le tout, il a fait preuve d’un sacré sang froid pour offrir le second but sur un plateau à Pellè grâce à une magnifique pichenette (93e). Il véhicule à la fois de la confiance et de l’envie à ses coéquipiers.

La stat du match – 16 : Seize ans que l’équipe d’Italie n’a plus gagné son premier match dans un Euro, le dernier succès pour son entrée dans le tournoi remonte à l’édition 2000. L’Italie s’est alors imposée difficilement face à la Turquie (2-1) avec un but d’Antonio Conte. La Squadra Azzura avait atteint la finale trois semaines après et n’a perdu le titre qu’en prolongations face à la France (1-2 b.o).

Commentaires ()