thumbnail Bonjour,
Direct

Ligue 1

  • 22 septembre 2012
  • • 17:00
  • • Stade Armand-Césari, Furiani
  • Arbitre: S. Ennjimi
  • • Spectateurs: 15700
0
FIN
4

Ligue 1 - Paris terrasse Bastia

Ligue 1 - Paris terrasse Bastia

Gettyimages

En déplacement à Furiani, l’antre de Bastia, le PSG a enchainé avec un troisième succès de rang en championnat (4-0). Ibrahimovic s'est encore offert un doublé.

6e journée de Ligue 1 :
Bastia – Paris SG : 0-4
Buts : Menez (6e), Ibrahimovic (40e, 90e), Matuidi (72e)

En laminant le Dynamo Kiev mardi dernier en Ligue des Champions (4-1), le PSG a démontré qu’il avait enfin retrouvé sa vitesse de croisière. Et ce samedi, à l’occasion d’un long voyage en Corse, les Parisiens s'en sont donnés à cœur joie pour le confirmer. Sans vraiment être transcendants en raison d’une certaine fatigue née de l’accumulation des matches, le club de la capitale a pu infliger à son hôte du jour, le Sporting Club de Bastia, une défaite encore plus lourde (4-0). Naturellement, et c’est à se demander s’il peut vraiment en être autrement, Zlatan Ibrahimovic a été le principal protagoniste de ce succès avec deux nouveaux buts inscrits. Un doublé qui lui permet d’atteindre la barre des 7 réalisations au bout de six journées de championnat seulement. Il faut remonter à 2001 pour trouver trace d’un buteur aussi efficace en Ligue 1 à cette période l’année (avec Djibril Cissé).

Le réalisme parisien

Il y a d’autres chiffres parleurs qui illustrent que ce Paris-là est vraiment une machine à tout dévaster sur son passage. S’imposer par quatre buts d’écart à l’extérieur, cette équipe n’avait plus réussi à le faire depuis 13 ans. Néanmoins et au-delà de ces statistiques, ce qui a impressionné le plus cet après-midi c’est la capacité de la bande à Ancelotti à maitriser et plier son adversaire sans forcément survoler les débats techniquement. En effet, dans ce domaine, le promu n’a pas eu à rougir, puisqu’il s’est montré assez entreprenant. L’ex Parisien Jérôme Rothen, présent aujourd’hui dans le camp bastiais, a apporté l’analyse juste de ce qui a fait la différence durant cette rencontre. : « Quand tu prend un but au bout de cinq minutes, c’est compliqué. Et même avec ce but, on a montré de belles choses. Mais c’est du très haut niveau et on a vu le réalisme parisien ».

Derniers au classement des défenses du championnat, les protégés de Frédéric Hantz se sont effectivement tirés une balle dans le pied en se faisant surprendre dès la première offensive adverse. Avant que Jérémy Menez ne trouve tranquillement la faille sur un service d’Ibrahimovic (6e, 0-1), ils s’étaient montrés plus incisifs. Une légère domination qui a vite pris court, plongeants les fidèles de Furiani dans un profond silence, eux qui sont pourtant réputés pour être assez bruiyants. Le jeune Wahbi Khazri aurait pu, cela dit, les réveiller à la demi-heure du jeu sur coup franc, mais Salvatore Sirigu, vigilant, s’est chargé de neutraliser brillemment cette tentative. Déçus, les locaux l’ont été encore un peu plus à cinq minutes de la pause lorsqu’Ibrahimovic signait le but de break. Avec le sens du but qui est le sien, il n’a pas eu de mal pour tromper Novaes suite à une sublime passe en forme de piqué de Marco Verratti (40e, 0-2).

A la mi-temps, le PSG menait 2-0 et il n’y avait déjà plus personne pour douter du sort final de la partie. Le suspense résidait seulement dans l’ampleur de la gifle qu’allait essuyer les Corses face au grand ténor de la Ligue 1. Pour limiter la casse, ils ont eu la bonne idée de muscler un peu leur jeu, mais cela n’a servi qu’à repousser un peu l’échéance. A la 72e minute, ils prenaient un troisième but de la part de Blaise Matuidi. Sur l’une de ses rares montées aux avant-postes, l’international français envoyait le cuir au fond des filets consécutivement à un service de Nenê. Préféré à Pastore dans le onze de départ, le Brésilien aurait bien aimé marquer lui-même. Il n’y est pas parvenu, mais, à l'entame du temps additionnel, il égaya un peu plus sa brillante prestation en signant une deuxième passe décisive. A la réception il y avait encore et toujours Ibra. 4-0, de quoi donner encore un peu plus de relief à cette semaine de rêve pour Paris.

Résultats et classement de la Ligue 1

Relatifs