thumbnail Bonjour,
Direct

Liga BBVA

  • 16 décembre 2012
  • • 21:00
  • • Camp Nou, Barcelona
  • Arbitre: Miguel Pérez Lasa
  • • Spectateurs: 86637
4
FIN
1

ESP - Le Barca est sans pitié

ESP - Le Barca est sans pitié

Getty Images

Après une bonne première période , les madrilènes se sont effondrés en fin de première période malgré Falcao. Messi y est allé de son doublé pour atomiser les Colchoneros (4-1)

Liga - Seizième journée
Barcelona - Atletico Madrid : 4 - 1 
Buts : Adriano (35e) Busquets (45e) Messi (57e et 88e) - Falcao (31e)

Le FC Barcelone s'est imposé 4-1 face à une équipe Madrilène à deux visages. Comme le Joker, un visage héroique en première mi-temps et un autre résigné en seconde. Les Catalans caracolent seuls en tête de la Liga après le nul (2-2) du Real Madrid face à l'Espanyol Barcelone. 

Il y avait Falcao...

Le Camp Nou affichait complet pour la venue de Madrid. Classico ou pas, la rencontre valait son pesant de Ballon d’Or. Les conditions de jeu étaient idéales et la pelouse en excellent état. Les coéquipiers d’Arda Turan étaient très ambitieux, se projetaient crânement vers l'avant en ce début de match mais ils subissaient la domination des Catalans. Les défenseurs Blaugrana ont tenu face au Tigre colombien. La tignasse de Puyol jaillissait littéralement à chaque fois que Falcao voulait décrocher une frappe.  Première alerte sur un centre venu de la droite, Falcao coupa la trajectoire d'une tête décroisée. Sa tentative heurta le poteau droit de Valdès (9e). Sur le banc de l’Atlético, la sérénité projetée par Diego Simeone auréolait ses joueurs. Enjoués et relâchés, les Rojiblancos ressortaient le ballon avec une facilité digne de la maison. Du côté Catalans, la confiance n’était pas de sortie. Seconde alerte Falcao, lancé en profondeur à la lutte avec Puyol et Pique, il parvient à récupérer la balle et rentra dans la surface et tenta un pointu. Sa tentative passa trop à droite du but catalan. Jamais 2 sans les griffes de Tigre. Le colombien marqua sur sa troisième occasion du match. Trouvé une nouvelle fois dans la profondeur par Suarez après une récupération dans le rond central sur Messi, El Tigre faisait parler sa puissance et sa technique. Après s'être défait du marquage de Busquets, il réussissait un lob magnifique sur Valdès. 1-0 pour Atletico Madrid à l’heure de jeu.

Le Barça a souffert, le Camp Nou n’a pas eu le temps de gronder. Les socios n’ont même pas eu le temps de siffler leur équipe. Puisque cinq minutes plus tard, Adrinao Correira les gratifia d’un Golazo digne d’un attaquant. Sur une attaque anodine depuis le côté droit de la surface madrilène, le latéral brésilien se positionna sur son pied faible son pied gauche et enchaina une merveille de frappe dans la lucarne gauche de Courtois (35e). On appelle ça un ascenseur émotif, connaitre en moins de cinq minutes deux sentiments contraires. Les hommes de Tito Vilanova ont égalisé sans briller, sans jouer, sans Messi. Revigorés après être revenu au score, les locaux mettaient la pression sur la défense adverse. Suite à un cafouillage après un corner catalan, l'international espagnol voyait le ballon lui revenir dans les pieds, feinta la frappe pour se frayer un chemin devant toutes les pattes Rojiblancas, il plaça une frappe en force à droite du portier belge de l'Atletico Madrid. Une leçon de réalisme des Bleu et Grenat.

 ... mais en face il y avait MESSI ! 

Le rythme de la seconde mi-temps était dément. Le Barça rentra sur la pelouse avec la détermination d’une équipe menée. Peut-être parce que les buts inscrits n’avaient pas le sceau made in Catalogne !   C’est la même situation qu’en première période du côté de la possession de balle. Les madrilènes ont de plus en plus de mal à s'extirper de leur propre camp tant la pression mise par Xavi, Busquets et Iniesta au milieu était intense. Le meilleur joueur de la FIFA 2012 offrait un bon ballon à Léo Messi à droite de la surface de réparation.  L’argentin déposa son vis-à-vis et se trouva à l'entrée du rectangle des visiteurs. Messi enroula son ballon avec une précision chirurgicale dans le soupirail de Courtois. Le break est fait. En passant c’est le 89e but pour Messi cette année. A titre de comparaison, Falcao en est à 49 buts. Le milieu de Madrid fût inexistant malgré le renfort de l'ancien Lyonnais Tiago dans l'entrejeu. C'est du TOTALITARISME. Le Barça monopolisait le ballon et attaqua à sa guise.

Les Rojiblancos étaient spectateurs de la maîtrise catalane. Ces derniers devaient certainement prendre moins de plaisir que nous téléspectateurs. Xavi impérial au milieu de terrain, comme un symbole de l’embellie Catalan en seconde mi-temps. La bande à Pedro était en mission. L’objectif était de montrer au dauphin madrilène qu’il existe une classe d’écart entre les deux équipes. Les Colchoneros étaient résignés, à l’instar de Falcao qui évoluait en tant que numéro 6 devant une ligne de 10 défenseurs à dix minutes de la fin du match. Le Barça était sans pitié, comme Andres Iniesta qui sollicita Courtois au bout portant (81e). La défense de l'Atletico n'y était plus. Godin se permettait une talonnade dans sa surface de réparation pour Miranda. Messi avait tout vu en avance intercepta et piqua le ballon au-dessus du portier belge. Et de 4... Et de 90... Messi 2 Falcao 1…Mission accomplie.

Le FC Barcelone prend donc 8 points d’avance sur leur dauphin madrilène, et 13 points sur l’autre Madrid, le Real. Les hommes de Diego Simeone montrent donc leurs limites face aux grands de ce championnat. La marche était comment dire… insurmontable. 

A lire aussi :

Tout sur la Liga

Relatifs

From the web