thumbnail Bonjour,
Direct

Championnat Européen

  • 22 juin 2012
  • • 20:45
  • • PGE Arena Gdańsk, Gdańsk
  • Arbitre: D. Skomina
  • • Spectateurs: 38751
4
FIN
2

Euro 2012 - L’Allemagne tient son rang

Euro 2012 - L’Allemagne tient son rang

Getty Images

Malgré une petit passage à vide en début de 2e période, la Mannschaft n’a pas trop peiné pour écarter ce vendredi la Grèce (4-2) de son chemin en quart de finale de l’Euro.

Euro 2012 - Quart de finale
Allemagne - Grèce : 4-2
Buts: Lahm (39e), Khedira (61e), Klose (68e), Reus (74e); Samaras (55e), Salpingidis (89e s.p.)

Non sans s’être fait quelques frayeurs en milieu du match, la Nationalmannschaft est parvenue ce vendredi à prendre logiquement le dessus sur la Grèce lors du deuxième quart de finale de l’Euro. Plus conquérants et surtout plus talentueux, les Allemands ont fait respecter la hiérarchie dans ce match, gagnant, au final, leur ticket pour les demi-finales du tournoi (4-2). Lahm, Khedira, Klose et Schurrle ont été leurs buteurs, tandis que leurs opposants se sont offert un petit instant d’espoir après l’égalisation de Samaras. Sortie avec beaucoup de réussite de sa poule, l’équipe hellène a pu mesurer qu’il fallait bien plus que de la chance cette fois pour continuer à survivre dans cette compétition. Elle rentre chez elle sans trop de regrets, tandis que l’Allemagne, avec quatre succès en autant de matches joués, se positionne de plus en plus comme l’un des principaux candidats à la succession de l’Espagne sur le trône continental.

La Grèce a cru se relancer

Sur le papier, c’est un match facile qui s’annonçait pour les Allemands, mais il ne le fut pas vraiment. Bien que prenant le meilleur dans le jeu sur leurs opposants des les premiers instants de la partie, les hommes de Joachim Low ont dû cravacher dur pour concrétiser leur domination au tableau d’affichage. Ainsi, la première période s’est résumée à un véritable siège sur les buts de Sifakis, mais ce n’est qu’à la 39e minute que ce dernier a été contraint d’aller chercher le cuir dans les filets. Une superbe frappe de Phillip Lahm de 25 mètres lui a été fatale. Le capitaine allemand a choisi de prendre ses responsabilités après avoir vu plusieurs de ses partenaires vendanger une tonne d’occasions. En effet, avec cette ouverture du score il y a eu une dizaine d’alertes sur les buts hellènes, mais aucune ne s’est avérée être concluante.

Titulaires à la place de Podolski et Muller, Schurrle et Reus, sans forcément démériter, ont constamment manqué le cadre, surtout ce dernier (12e, 23e et 24e), tandis qu’Ozil (23e) et Khedira (36e) ont vu leurs frappes brossées stoppées par le gardien hellène. Au milieu de cette vague allemande, seul Ninis est parvenu côté adverse à solliciter Neuer (31e). C’était trop peu de la part des champions d’Europe 2004 et rien, dans leurs intentions, n’indiquait que la donne allait changer au retour des vestiaires. Et pourtant, preuve que cette sélection est toujours aussi imprévisible, elle a réussi à se réveiller dès l’entame de la deuxième mi-temps, tandis que la Mannschaft, se reposant sur ses lauriers, a lâché prise. Ce qui paraissait insoupçonnable s’est alors produit à la 55e minute, à savoir l’égalisation des Grecs.

La bande à Fernando Santos a agi comme elle sait le faire. C’est-à-dire en profitant d’un contre rapidement mené. Salpingidis s’échappait sur le côté droit pour ensuite servir Samaras dans la surface. Devançant Boateng, le joueur de Celtic Glasgow n’avait alors plus qu’à pousser le cuir au fond des filets. Ca faisait un but partout et on croyait le miracle en marche. Mais, l’impression en question n’a duré que l’espace de quelques minutes. Peu après l’heure du jeu, Khedira redonnait l’avantage aux siens en reprenant victorieusement un centre de…Boateng. Surprise une fois, la Mannschaft ne l’a pas été une deuxième. Schweinsteiger et compagnie ont retenu la leçon. La dernière demi-heure de la partie les a vus se ressaisir dans tous les compartiments, et aussi aggraver la marque. A la 66e, Klose portait le score à 3-1 en reprenant de la tête et avec succès un corner, avant que Reus n’y va de son but d’un tir inarrêtable à l’entrée de la surface (75e). L'addition fut presque trop sévère pour les Grecs, et ces derniers ont su la réduire 88e grâce à un pénalty de Salpingidis.

Résultats et classement de l'Euro 2012

Relatifs

From the web