thumbnail Bonjour,
Direct

Coupe du Monde

  • 13 juillet 2014
  • • 21:00
  • • Estadio Jornalista Mário Filho (Maracanã), Rio de Janeiro, Rio de Janeiro
  • Arbitre: N. Rizzoli
  • • Spectateurs: 74738
1
PROL
0

Deutschlands Lahm im Kopfballduell mit Argentiniens Biglia

Allemagne-Argentine (1-0 a.p.), Gotze offre le Mondial à l’Allemagne

Deutschlands Lahm im Kopfballduell mit Argentiniens Biglia

Getty

Face à une Argentine accrocheuse, l’Allemagne a dû attendre les prolongations pour faire la différence. A la 113e minute, le remplaçant Mario Gotze propulsait les siens au paradis.

Finale de la Coupe du Monde 2014
Allemagne-Argentine : 1-0 a.p.
But :
Gotze (113e)

Au bout du suspense, l'Allemagne a décroché une quatrième Coupe du Monde après prolongations sur un but somptueux de Mario Gotze.

Les Argentins sont en supériorité numérique autour de la pelouse avec un Maracana bourré de supporters de l'Albiceleste. La Mannschaft déplore elle l'absence de Sami Khedira, blessé à l'échauffement et remplacé par Christoph Kramer.

Manque de chance, le joueur du Borussia Monchengladbach est victime d'un terrible coup d'épaule de Garay au quart d'heure de jeu, alors que son équipe s'installe dans la partie.

Les plus grosses occasions sont pourtant allemandes et six minutes plus tard, une mauvaise remise en retrait de Toni Kroos permet à Higuain de se présenter seul face à Manuel Neuer. Il arme une frappe instantanée qui ne trouve même pas le cadre. Premier raté d'une longue série.

Lionel Messi, dont on attend le grand match qui le portera au niveau de Diego Maradona, se montre par intermittence. Son décalage pour Lavezzi à la demi-heure de jeu permet à l'excellent ailier du PSG de centrer pour Higuain, tout seul dans la surface. Sa reprise croisée est parfaite et trompe Neuer, mais le natif de Brest, parti célébrer son but, ne voit pas l'arbitre-assistant signaler sa position de hors-jeu.

Après une réaction allemande par Schurrle, Messi va encore être proche d'ouvrir le score sur une percée côté droit qui manque de prendre Neuer à revers.

Malgré ces fulgurances, les Allemands se montrent réguliers dans le jeu. Ils manquent d'ouvrir le score en toute fin de première période, d'abord par Kroos à la 43ème puis surtout par Howedes dont la tête heurte le poteau une minute plus tard.

Le second acte est plus enlevé. Lavezzi est curieusement remplacé dès la pause par Sergio Aguero, pourtant diminué et qui n'aura pas eu l'impact souhaité sur la partie. Messi à la 48ème se distingue encore mais n'est pas aidé par la maladresse de ses coéquipiers.

Le sort du match est indécis, les Argentins ayant bien compris la manière de verrouiller derrière. Tout peut pourtant changer à l'heure de jeu lorsque Neuer percute maladroitement Higuain tout en boxant le ballon de la main, à la limite de la surface.

Cela aurait pu être un penalty, ou un carton rouge. M. Rizzoli n'en dit rien et le jeu se poursuit.

Malgré un tempo ralenti, les occasions sont toujours plus nettes. Muller à la 71ème puis Howedes à la 80ème minute peuvent enfin débloquer le compteur, mais le score en reste là.

Les Argentins jouent leur deuxième prolongation consécutive, après celle face aux Hollandais en demi-finale. Ils peuvent prendre l'avantage par le nouvel entrant Rodrigo Palacio mais son contrôle orienté est approximatif. Carlos Tevez se retourne dans sa tombe.

Les deux équipes souffrent, mais personne ne veut abandonner. Schweinsteiger est victime de nombreuses fautes mais retourne à chaque fois au charbon. Et à la 113ème minute vient la délivrance, avec une action menée par deux joueurs entrés en cours de match.

André Schurrle, entré à la place de Kramer au quart d'heure de jeu, déborde et centre pour Mario Gotze, qui a remplacé Klose à la fin du temps règlementaire. Le contrôle de la poitrine enchaîné d'une reprise du pied gauche est superbe et envoie l'Allemagne au paradis.

Si les Argentins n'ont pas démérité, les occasions ratées par Higuain et Palacio n'ont pas pu être rattrapées par Messi. Le pauvre Di Maria, cantonné au banc des remplaçants pour blessure, est le plus déçu de tous.

Au bout des prolongations, le rêve d'un peuple s'envole, celui d'un autre s'embrase dans le temple du football.

 

Relatifs