thumbnail Bonjour,
Direct

Matchs Amicaux

  • 12 octobre 2012
  • • 21:00
  • • Stade de France, Paris
  • Arbitre: W. Collum
  • • Spectateurs: 55000
0
FIN
1

Amical - Les Bleus cueillis à froid

Amical - Les Bleus cueillis à froid

Panoramic

Face à une imprévisible équipe de Japon, l’Equipe de France a enregistré ce vendredi son premier revers sous la coupe de Didier Deschamps. Elle a été battue sur le fil (0-1).

Match amical :
France - Japon :  0-1
But : Kagawa (89e)

Quelques jours avant de rendre visite à l’Espagne en éliminatoire du Mondial, l’Equipe de France a particulièrement déçu, ce vendredi, en amical contre le Japon. Contre une sélection asiatique qui n’avait pourtant rien d’un foudre de guerre, les Bleus n’ont pas été capables de concrétiser leur supériorité. Manquant cruellement de lucidité aux avant-postes, ils ont laissé les 90 minutes de jeu s’égrener sans le moindre but en dépit d’une volonté certaine de bien faire. Et en fin de match, et comme c’est souvent le cas dans ces circonstances, ils se sont faits cueillir à froid en toute fin de partie sur un contre assassin, conclu par Kagawa.

Une domination bleue stérile

C’est avec la ferme intention de prendre rapidement les devants à la marque que les Bleus sont entrés sur la pelouse. Comme l’a préconisé Didier Deschamps, ils ont mis la pression d’entrée sur la défense japonaise, et leur tâche a été facilitée par la timidité de l’adversaire. En effet, les visiteurs n’ont fait preuve d’aucune ambition pour cette entame de match où ils n’avaient pourtant rien à perdre. Toutefois, ce fut sans conséquence pour eux jusqu’à la pause. Et pour cause ; en dépit de leur nette mainmise et d’une flopée d’occasions franches, les Tricolores n’ont pas su trouver le chemin des filets. Pis, ils ont dû attendre la 39e minute de la rencontre pour s’offrir leur premier véritable tir cadré, et sur un coup de pied arrêté, qui plus est. Un coup franc bien botté par Karim Benzema contraint le gardien Kawashima à son premier arrêt.

Auparavant, les Français ont donc poussé sans aucune efficacité. Koscielny avait été le premier à porter la menace, mais sa reprise de la tête a échoué hors cadre (3e). Il fut ensuite imité par Benzema (7e) dans le même registre. Le Madrilène n’a pas été plus heureux dans les tentatives au sol (25e et 31e) alors qu’il s’était retrouvé dans des positions plus que favorable dans la surface. Des ratés dont il n’est pas coutumier. Debuchy s’était lui aussi essayé, sur un tir de loin mais sans plus de réussite (18e). A la mi-temps, et face au piètre spectacle proposé, Deschamps s’est vu confronté à un dilemme qu’il ne prévoyait pas ; s’en tenir au plan initial en procédant à de multiples changements ou alors préserver le même onze jusqu’à ce qu’il lui donne enfin satisfaction. Il décidait finalement de rester sur la première option en faisant entrer trois remplaçants : Chantôme, Jallet et Valbuena.



Le Japon a réussi son coup

Avec cette équipe remodelée, il n’y a malheureusement guère eu du mieux. Bien au contraire. Le jeu des tricolores est devenu moins fluide, et ce sont les mêmes Japonais qui sont parvenus à porter l’estocade offensivement. Tranquille durant la première période, Hugo Lloris dût alors à intervenir à deux reprises. D’abord, pour repousser, et non sans mal, une frappe de 25 mètres de Kagawa (55e), puis pour capter l’essai de Nakamura (58e). Ce réveil de la bande à Zaccheroni aurait alors pu, ou même dû inciter les hôtes à remettre la seconde, mais il n’en a rien été. Et ce ne sont pas les entrées conjuguées de Gonalons et de Ribéry qui ont changé quoi que ce soit à la donne. Ereintés, les hommes de Deschamps ne se sont plus montrés dangereux, si ce n’est sur un tir anodin de Valbuena (75e) qui surprenait tout le monde, ou une frappe enveloppée de Giroud (87e), sortie habilement par Kawashima.

De leur côté, les Nippons ont fait parcourir un grand frisson dans les tribunes du Stade de France à la 78e lorsque Havenaar se retrouva, à la surprise générale, à deux mètres des buts français avec le ballon à portée de la tête. Il n’a fait que l’effleurer, soulageant Lloris et ses coéquipiers. C’était moins une. Le scénario d’un hold-up devenait alors envisageable et il a fini par se produire. A la 89e minute, et alors que tous les Bleus étaient en attaque, les visiteurs ont amorcé un contre ultra-rapide qui a fait mouche, avec le stratège Kagawa à la conclusion. Un but qui a fini par plomber définitivement l’ambiance. A quatre jours de ce déplacement si redouté à Madrid, ce n’est vraiment pas à quoi s’attendait Didier Deschamps et les supporters français pour se rassurer. Désormais, c’est sur la pointe des pieds que les Bleus vont devoir franchir les Pyrenées.

A lire aussi :

Tout sur l'Equipe de France

Relatifs